mercredi 30 septembre 2015

Le livre des Baltimore de Joël Dicker

Date de parution : 30/09/2015
Éditeur : Fallois (Éditions de)
ISBN : 978-2-87706-947-2
EAN : 9782877069472
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 450 pages
Poids : 0.574 Kg
Dimensions : 15,5 cm × 22,5 cm × 2,5 cm
Prix: 22€

Note: 5/5

Quatrième de couverture:

Jusqu'au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l'auteur de La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d'une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne.
Huit ans après le Drame, c'est l'histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu'en février 2012, il quitte l'hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s'atteler à son prochain roman. Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu'il éprouva jadis pour cette famille de l'Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées.
Mais les années passent et le vernis des Baltimore s'effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu'au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu'est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

Un roman efficace!!!

Marcus Goldman, auteur à succès, se réfugie dans sa maison de Boca Raton afin d'écrire son prochain livre. Sur place, il retrouve Léo, son voisin retraité avec lequel il aime faire des parties d'échec et parler de tout et de rien.
Un jour, Marcus va faire une rencontre qui va le bouleverser. Un passé qu'il pensait à jamais enfoui refait surface. Il est temps pour lui d'écrire le livre des Baltimore, d'écrire sur un Drame qui allait chambouler sa vie. Marcus replonge dans l'histoire de sa famille. Dans un temps à la fois lointain et proche où sa famille était scindée en deux: les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair, ceux qui ont réussi, ceux qui ont un destin plus modeste. Marcus était le fils des Montclair, ses cousins Hillel et Woody des Baltimore.
Marcus a toujours admiré les Baltimore, plus beaux, plus intelligents, plus riches, si généreux, si incroyables mais tout à basculé. Le Drame les a frappé, redistribuant les cartes, faisant éclater les vérités.
Il est temps pour Marcus de tout dire avant qu'il ne soit trop tard...

C'est un des romans que j'ai le plus aimé. Une lecture à la fois facile et fascinante. Un style fluide, une tension dramatique qui croit à mesure que les pages défilent, un attachement de plus en plus profond aux personnages. Je me suis régalée. un vrai page-turner.
Oui les écrivains français savent écrire de la vraie bonne fiction. Merci Monsieur Dicker!
C'est un vrai feuilleton à rebondissements que j'avais sous les yeux, une séance de cinéma privée. C'est excellent! Les personnages ont tous de la profondeur, une part d'ombre, des secrets, tous en prennent pour leur grade. C'est habilement ficelé, le "pourquoi du comment" est bien vu, surprenant, même si l'on se doutait de l'issue, on ne pouvait pas deviner la manière (et je n'en dirai pas plus ne vous inquiétez pas).
J'en redemande, vivement le prochain!

mardi 29 septembre 2015

L'infini + un d'Amy Harmon

L'infini + un
Date de parution : 17/09/2015
Editeur : Robert Laffont
Collection : R
ISBN : 978-2-221-15615-5
EAN : 9782221156155
Présentation : Broché
Nb. de pages : 430 pages
Poids : 0.506 Kg
Dimensions : 13,6 cm × 21,6 cm × 3,9 cm
Prix: 17.90€

Note: 3.5/5

Quatrième de couverture:

Superstar internationale, Bonnie Rae Shelby a tout pour elle : l'argent, la beauté, la gloire et... l'envie d'en finir avec la vie. Finn Clyde, lui, n'est rien, n'a rien, à part son intelligence et son cynisme à toute épreuve. Il ne demande qu'à avoir sa chance. Un acte de compassion et quelques coïncidences plus loin, et voilà ce garçon et cette fille que tout oppose engagés dans un périple qui pourrait aussi bien les transformer que les anéantir.
Une romance addictive où il est question d'étoiles filantes et de cages plus ou moins dorées, de destinées forgées envers et contre tout.

Bonnie est une superstar. Chanteuse de Country en vogue, elle a tout pour elle, le succès, la beauté, l'argent. Pourtant un soir, elle décide d'en finir avec la vie. Elle se rend sur un pont...
Finn Clyde, est un garçon taciturne, sur le point de tourner une douloureuse page de sa vie, il s'apprête à prendre la route quand soudain il aperçoit une silhouette sur le point de commettre un geste irréparable. Sans même prendre le temps de la réflexion, il se précipite au secours de l'individu...
Le destin venait de réunir Bonnie and Clyde.
S'ensuit alors un voyage haut en couleurs où il y aura des morts, des étoiles, de la folie et de l'amour. La fatalité s'abattra-t-elle une fois de plus sur les deux jeunes gens?

Un bon roman pour les vacances . L'écriture d'Amy Harmon est sympathique, l'idée plutôt mignonne.
Ce n'est pas pour moi un roman des plus incroyables mais cela reste une lecture agréable et distrayante.
L'histoire d'amour est inévitable, peut-être un peu trop convenue et cliché pour qu'elle me transporte.
J'ai aimé le caractère fou de Bonnie, le sérieux de Finn. Certains aspects du livres m'ont moins convaincue, j'aurais aimé comprendre davantage les motivations de la grand-mère, comment elle a réussi à autant prendre l'ascendant sur Bonnie, l'un des personnages clé de la fin du roman aurait du apparaître plus tôt également.
Une lecture un peu en demi-teinte mais pas une mauvaise lecture pour autant loin de là.

lundi 28 septembre 2015

Tu tueras le père de Sandrone Dazieri

couverture
Date de parution : 08/10/2015

Éditeur : Robert Laffont
Collection: La bête noire
ISBN : 978-2-221-14674-3
EAN : 9782221146743
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 552 pages
Poids : 0.69 Kg
Dimensions : 14,1 cm × 22,7 cm × 4,7 cm
Prix: 21.50€

Note: 5/5 Palpitant !!!

Quatrième de couverture:


Sous un soleil de plomb, un homme court, désorienté, le long d'une route qui mène à Rome. Luca, son jeune fils, a disparu lors d'un pique-nique familial dans le Pratoni del Vivaro, un parc naturel à quelques kilomètres de là. Les enquêteurs dépêchés sur place découvrent bientôt la mère dans une clairière, décapitée. Ils pensent que c'est lui, le mari, qui dans les affres d'une dispute conjugale, a tué son fils, puis caché le corps.
Mais où ? Aucune trace de l'enfant, nulle part. Quand Colomba Caselli arrive sur les lieux de la reconstitution, elle comprend immédiatement que quelque chose ne tourne pas rond... Colomba a trente-deux ans et des yeux d'un vert changeant. Elle est belle, instinctive, physique, mais elle n'est plus en service. Elle a pris un congé à durée indéterminée après avoir assisté, impuissante, à un événement tragique qu'elle nomme avec pudeur "Le Désastre" et qui l'a laissée très fragile.
Cependant, même retirée de la vie policière, elle ne peut cesser d'être un flic et l'un des meilleurs. Le commissaire Rovere, son ex-patron, le sait : il lui demande comme une faveur de mener l'enquête pour lui, en toute discrétion, et d'aller consulter un expert du rapt et de la maltraitance infantile, Dante Torre, surnommé "l'enfant du silo". Avec son allure de Bowie punk, maigre et toujours vêtu de noir, complètement phobique, dépendant, obsessionnel et paranoïaque, Dante a une approche très personnelle de son travail.
Et pour cause : il a été enlevé lorsqu'il était un tout jeune garçon. Pendant onze ans, il a grandi dans l'exiguïté d'un silo à grains avec pour seul contact avec le monde extérieur un mystérieux individu qu'il appelle "Le Père". A présent, l'enquête de Colomba le confronte à son pire cauchemar. Car, derrière la disparition du petit Luca, Dante reconnaît très vite la signature de ce "Père" jamais identifié, jamais arrêté.
Mais si tel est le cas, pourquoi son geôlier aurait-il décidé de frapper à nouveau ? Et pourquoi tant d'années plus tard ? Colomba s'interroge : peut-elle vraiment se fier à son partenaire ? Ou bien Dante l'entraîne-t-il, malgré elle, dans l'enfer d'une chasse aux fantômes ? Entre flashback, machinations et course contre la montre, Dazieri construit un magnifique thriller qui plonge le lecteur dans un crescendo constant d'adrénaline.

Un homme parti pique-niquer avec sa femme et son fils, se réveille seul. Son épouse et son fils ont disparu. Des enquêteurs sont dépêchés sur place. Après avoir fouillé les lieux, ils font une macabre découverte: l'épouse a été décapitée. Nulle trace de l'enfant.
Lorsque Colomba Caselli arrive sur place, quelque chose la chiffonne. Il y a quelque chose qui ne colle pas. Malgré qu'elle tente de se reconstruire après le "Désastre" qui l'a frappée, elle accepte de travailler sur l'affaire en toute discrétion. Son ex-patron, souhaite de plus qu'elle fasse équipe avec un original, expert en rapt et maltraitance infantile, Dante Torre. Ce dernier, est surnommé l'enfant du Silo car il a été retenu captif pendant onze ans par un individu qui se faisait appeler "le Père".
Très vite, de nombreux indices mettent la surprenante équipe sur les traces du Père.
Pourquoi ce dernier frappe-t-il à nouveau? Dante et Colomba vont-ils être suffisamment forts pour affronter les épreuves qui les attendent? Seront-il à la mesure du Père? Qui l'emportera?
Une guerre psychologique s'engage...

Un horrible assassinat. Une enquêtrice en pleine reconstruction. Un tueur qui semble toujours avoir un temps d'avance. Un "survivant" aux capacités intellectuelles hors normes. Voilà un thriller qui ne manque pas d'atouts. Je me suis régalée de A à Z avec ce livre. J'ai été captivée. Un pas en avant, trois pas en arrière et ce tueur qui ne semble pas réel. Tout est bien ficelé, l'angoisse grandissante, des personnages écorchés, fragiles, surprenants.
L'avantage semble du côté du mal, Colomba et Dante, malgré leur courage et leur volonté, semblent toujours avoir un temps de retard. Le tueur qu'ils poursuivent semble irréel, insaisissable.
L'intrigue est rondement menée, le lecteur jamais perdu bien qu'il y ait de nombreux rebondissements et flash back. On se sent proche des personnages, on vibre à chaque rebondissements de l'enquête.
C'est une lecture dense et haletante, une très belle découverte et une ouverture de très bon augure pour cette nouvelle collection chez Robert Laffont, La Bête Noire.

INFO +:
La présentation de la collection:

« Depuis 1954 et la toute première enquête de Nestor Burma dans Les Nouveaux Mystères de Paris de Léo Malet, les éditions Robert Laffont proposent au plus grand nombre polars et thrillers, français et étrangers. C’est avec cet héritage chevillé au corps que nous lançons en octobre la collection « La Bête noire ».
Des intrigues fortes et originales, une littérature populaire de qualité destinée tant aux inconditionnels qu’à la nouvelle génération, une maison et des auteurs en relation directe avec leurs lecteurs. La Bête noire traquera ces derniers sur tous les territoires du polar : enquêtes âpres, thrillers abrasifs, suspenses éreintants, true-crimes glaçants, la bête grondera d’un constant désir d’adrénaline. Rassurez-vous, elle sera certes vorace, mais nous ne la nourrirons que d’une dizaine de titres par an, moitié français, moitié étrangers. La qualité la rassasiera plus que la quantité.
La Bête noire est née, à vous de l’apprivoiser ! »
(découvrir leur page FB)

dimanche 27 septembre 2015

La petite barbare d'Astrid Manfredi

La Petite Barbare
Date de parution : 13/08/2015
Éditeur : Belfond
ISBN : 978-2-7144-5943-5
EAN : 9782714459435
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 160 pages
Poids : 0.195 Kg
Dimensions : 13,5 cm × 19,1 cm × 1,4 cm
Prix: 15€

Note: 4/5

Quatrième de couverture:

On l'appelle la Barbare ; elle a vingt ans. L'irréparable, elle l'a commis en détournant les yeux . Belle, elle aime les talons aiguilles et les robes qui brillent, les shots de vodka et les livres. Avant, les hommes tombaient comme des mouches et elle avait de l'argent facile. En prison, elle écrit sa rage de survivre, et tente un pas de côté. Comment s'émanciper de la violence sans horizon ? Rêver d'autres rencontres ? Et si la littérature pouvait encore restaurer la dignité ? La Barbare est un bâton de dynamite rentré dans la peau d'une société du néant.

La Barbare vit ses derniers instants en prison.
Avant d'être libérée, elle fait un point sur ce qui l'a conduite là. Jeune, belle mais paumée, elle a toujours aimé le bling bling, le clinquant. Née du mauvais côté de la ville, elle s'est bâtie une carapace: rien ne l'atteint. Elle n'a rien? Elle prendra tout!
Fascinée par un mauvais garçon, la violence devient son quotidien. Blasée, elle n'a plus le recul pour percevoir que tout va trop loin. Elle a rejoint un gang qui a commis la pire des atrocités. Elle est tombée. C'est la vie. C'est sa vie.
En prison, c'est Duras son oxygène. Mais si le demoiselle est sensible à la littérature, c'est bien là le seul domaine qui la touche. Paumée un jour, perdue pour toujours?

Un roman sans concession!
Une écriture très "orale", au plus proche du personnage. Le lecture passe d'un moment de grâce à un moment d'une violence soutenue et à peine tolérable. Astrid Manfredi est acide, corrosive, son roman fascinant, dérangeant.
Avec beaucoup d'habileté, l'auteure nous plonge au cœur du quotidien de son héroïne. Tout se passe en épisode. Le passé frôle le présent, les temps se mélangent. Une vie d'oisiveté, de mauvaises fréquentations mais pas seulement. La demoiselle est détestable car comme dénuée de sentiments. On pourrait la prendre en pitié mais non. Elle n'est en rien excusable. Détourner le regard, faire comme si elle ne voyait pas alors qu'elle ne perdait aucune miette de l'immonde spectacle qui se déroulait sous ses yeux.
La petite barbare est jeune et pourtant, elle a déjà vécu mille vies. Elle ne sent rien, ne ressent rien, elle s'échappe de son corps, elle vit les choses de "dehors" mais c'est trop facile...
Un premier roman habile et torturé. Une des lectures choc de cette rentrée littéraire!

Les dragons de Sandra Laboucarie et Xavier Frehring

Date de parution : 09/06/2015
Éditeur : Tourbillon
Collection : Anim' Doc
ISBN : 979-10-276-0047-2
EAN : 9791027600472
Format : Album
Présentation : Cartonné
Nb. de pages : 10 pages
Poids : 0.52 Kg
Dimensions : 20,0 cm × 21,0 cm × 2,0 cm
Prix: 13.99€

Note: 4/5

Description du livre:


On dit que, quand un bébé dragon sort de son oeuf, il est déjà très fort ! Il s'entraîne à cracher du feu et se prépare à combattre les chevaliers. Mais, dans certains pays, les dragons portent chance. Et, autour du monde, il existe même de «véritables» dragons...

L'avis du loulou en moyenne section:

"C'est bien. Je l'aime.
Il y a plein de dragons. Il y a des choses qui bougent, il y a des surprises aussi. On tire des choses, il y a des trucs cachés. Le dragon crache du feu mais il est aussi dans l'eau. Il y a des dragons pour de vrai et pour de faux. C'est rigolo."

Ce que j'aime dans cette collection aux éditions Tourbillon c'est tout d'abord la présentation.
Un carton épais, solide par conséquent, parfaitement adapté aux enfants.
Les couleurs et les dessins sont très chouettes, ronds, agréables.
C'est une bonne idée de consacré un livre aux dragons car les enfants les aiment beaucoup et il y a peu d'ouvrages sur ce thème.

Mon petit garçon a tout de suite été conquis. C'est très vite devenu son livre préféré. Si la présentation est aussi adapté à des plus jeunes enfants, mon fils (4 ans et 1/2) a pu apprendre des choses car il y a beaucoup d'informations dispatchées tout au long du livre.
Le côté ludique des flaps et autres tirettes parachèvent de nous convaincre.
Une belle découverte!

La France en 15 labyrinthes de Claire Le Meil

Date de parution : 26/08/2015
Éditeur : Milan (Éditions)
ISBN : 978-2-7459-7130-2
EAN : 9782745971302
Présentation : Cartonné
Nb. de pages : 36 pages
Poids : 0.604 Kg
Dimensions : 23,0 cm × 31,0 cm × 1,5 cm
Prix: 13.90€

Note: 5/5

Description de l'éditeur:

À chaque labyrinthe sa quête ! Le jeune lecteur doit tantôt partir à la recherche d’un manuscrit enluminé caché dans le dessin fourmillant de détails de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, tantôt trouver le théâtre de Guignol dans le dédale des ruelles et traboules du Vieux Lyon, ou encore dénicher le drapeau corse dissimulé dans le maquis de l’île de Beauté. En parcourant du doigt le labyrinthe, l’enfant rencontrera des éléments représentatifs du patrimoine de la région illustrée : un pot de crème d’Isigny, un groupe de polyphonie corse, un bouquetin… Ces labyrinthes présentent les éléments culturels, naturels ou gastronomiques incontournables, surprenants ou curieux de chaque région. La solution de chaque labyrinthe est donnée en fin d’ouvrage.

Mon grand, actuellement en CE1, adore la géographie, se pose mille et une questions sur les pays mais comme tous les enfants de son âge aime aussi s'amuser.
En tant que maman-libraire, j'aime cette curiosité et je suis ravie que l'offre de livres se diversifie. S'il est important d'apprendre, il est aussi et surtout important de s'amuser. S'instruire sans s'en rendre compte, apprendre autrement, compléter ses connaissances.
Ce livre aux éditions Milan répond parfaitement à mes attentes et à celle de mon loulou.

L'avis du loulou:

"Je le trouve très bien. Il est joli, le jeu est intéressant, facile à lire.
Les dessins sont très bien faits.
Je me suis promené dans le livre, les dessins m'ont appris plein de choses."



mercredi 23 septembre 2015

Un mot sur Irène d'Anne Akrich

Date de parution : 20/08/2015
Éditeur : Julliard
ISBN : 978-2-260-02902-1
EAN : 9782260029021
Format :Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 206 pages
Poids : 0.266 Kg
Dimensions : 13,1 cm × 20,5 cm × 1,9 cm
Prix: 18€

Note: 4/5

PREMIER ROMAN

Quatrième de couverture;

Une femme nue est découverte morte dans un hôtel new-yorkais, une poupée gonflable à ses côtés. Qui était-elle avant ce séjour fatal aux Etats-Unis, où elle était venue donner une importante conférence sur les gender studies ? Retour sur la vie d'Irène Montès, universitaire renommée, auteure de best-sellers mondiaux et sorte de gourou pour de nombreuses étudiantes qu'elle a pris l'habitude de recevoir dans sa chambre.
Bien que son goût pour les femmes soit de notoriété publique, Irène a un mari, Léon. Un homme qu'elle aime sincèrement, qui fut son mentor et qui partage sa vie depuis trente ans. C'est à travers ses yeux que cette histoire nous est contée. Mandarin répondant aux canons de la bourgeoisie, Léon est en campagne pour la présidence de la Sorbonne. Mais derrière cette apparente réussite sociale se cache une frustration profonde.
Dévirilisé par le succès de sa femme, comme par sa sexualité qui lui échappe, hanté par un livre dont il doit taire le sujet et qu'il ne parvient pas écrire - par ses échecs en tant qu'homme et écrivain -, Léon, perdu entre ses fantasmes inassouvis et une perception de la réalité de plus en plus instable, bascule progressivement dans la folie. Jusqu'à ce que s'achève en apothéose sa descente aux enfers dans la ville de New York, Babylone des temps modernes où menace un cyclone nommé...
Irène ! Avec ce remarquable premier roman, Anne Akrich nous offre un thriller psychologique porté par une écriture vibrante et un érotisme crépusculaire, qui fouille les arcanes du couple dans ses replis les plus intimes.
  

Le roman s'ouvre sur la découverte d'une femme morte nue dans une chambre d'hôtel à côté d'une poupée gonflable. L'affaire fait la une des journaux. Son mari est en pleine ligne de mire, sous le feux des projecteurs, que sait-il réellement?
Flash back, le mari, Léon, prend la parole. Il raconte son quotidien auprès de cette femme hors du commun, Irène, son épouse. Romancière à succès, elle est extrêmement dominante, écrasante même.
Personne n'ignore son goût pour les aventures saphiques, son côté sulfureux et provocateur. Pourtant, elle reste aux côtés de Léon, qu'elle aime à sa façon.
Léon est professeur à l'université. En campagne pour la présidence à la Sorbonne, il est sur le point d'écrire un roman qui va enfin lui apporter un succès qu'il attend désespérément. Mais il ne peut pas dire quel est le sujet du fameux livre.
Pendant ce temps, Irène continue de recevoir des étudiantes dans sa chambre et de fasciner son entourage.
Léon est un homme au bout du rouleau, sous le joug d'une femme castratrice tant sexuellement qu'intellectuellement.
Mais que s'est-il réellement passé?

Un premier roman parfaitement assumé et sans complexe. Une écriture sûre, pertinente, prenante.
Un roman qui se lit très facilement.
Rien de scandaleux ou de racoleur mais un roman qui critique le milieu intellectuel et la soif de pouvoir et d'attention que peuvent avoir certains d'entre eux. Léon a sur le papier tout pour être heureux mais à y regarder de plus près, il n'en est rien. Une femme qui porte la culotte, des publications jusque là passées inaperçues, Léon est sur le point de renverser la tendance. Mais Irène est une femme qui a de la ressource. Léon tient tellement à son succès futur, il va enfin montrer son importance, sa supériorité et... accéder en plus à la présidence de la Sorbonne! Il ne faudrait surtout pas qu'un grain de sable vienne enrayer le bonheur qui se profile...
C'est un très bon premier roman, une lecture qui m'a beaucoup plu.
Une auteure à suivre...

mardi 22 septembre 2015

D'après une histoire vraie de Delphine de Vigan

D'après une histoire vraie
Date de parution : 26/08/2015
Éditeur : JC Lattès
Collection : Littérature française
ISBN : 978-2-7096-4852-3
EAN : 9782709648523
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 484 pages
Poids : 0.45 Kg
Dimensions : 13,3 cm × 20,5 cm × 3,3 cm
Prix: 20€

Note: 5/5 Tout simplement sublime!!!

Quatrième de couverture:
"Tu sais parfois, je me demande s'il n'y a pas quelqu'un qui prend possession de toi."

Après le succès de Rien ne s'oppose à la nuit (dont la chronique suivra prochainement), Delphine de Vigan revient avec un nouveau roman des plus... déroutant.
Pendant les trois années qui se sont écoulées entre son précédent roman et ce nouveau texte, l'auteure nous raconte qu'il s'est passé dans sa vie des choses surprenantes et... inquiétantes. Elle nous parle de ses difficultés à écrire un nouveau texte, de sa vie, de ses relations mais surtout de sa rencontre avec une certaine L.
Cette femme qui s'est peu à peu imposée dans sa vie jusqu'à devenir indispensable. L. L'omniprésente, devenue l'omnisciente. L. que le lecteur ne manquera pas de trouver inquiétante. Mais, est-ce vraiment arrivé? Delphine de Vigan ne serait-elle pas en train de jouer avec son lecteur, tel un chat avec une souris?

De nombreuses références à Stephen King (plus particulièrement à Misery), quelques indices et phrases comme négligemment échappées suggérant que tout écrit de plus de trois pages n'est en réalité qu'une fiction, laissent à penser de rien de ce que nous raconte l'auteure n'est vrai.
Si vous voulez mon avis, cela n'a aucune importante, vrai ou faux, ce roman est génial. Oui Delphine de Vigan s'amuse, son écriture est belle, précise, incisive. La tension dramatique ne fait que croître de page en page. C'est brillant!
Captive depuis le début, j'ai trouver ce texte intense, superbement mené. J'ai plongé la tête la première, je me suis délectée.
J'aime beaucoup l'intelligence dans l'écriture. Delphine de Vigan est extrêmement intelligente. Elle ne livre d'elle que le nécessaire, rien de racoleur, rien de nombriliste. Un roman qui se veut sur elle et qui n'en est pas vraiment un.
Une belle intensité dans l'écriture, une auteure qui ne se prend pas au sérieux et qui a atteint un tel niveau de maîtrise dans son écriture qu'elle peut se jouer de tout.
A dévorer!!! C'est, avec le dernier Sorj Chalandon, mon gros coup de cœur de la rentrée.

lundi 21 septembre 2015

Wild girl d'Audren

Date de parution : 02/09/2015
Éditeur : Albin Michel Jeunesse
Collection : Litt'
ISBN : 978-2-226-31851-0
EAN : 9782226318510
Présentation : Broché
Nb. de pages : 330 pages
Poids : 0.378 Kg
Dimensions : 14,5 cm × 21,5 cm × 2,5 cm
Prix: 15€

Note: 5/5

Quatrième de couverture:

Etats-Unis, printemps 1867. Milly Burnett, 19 ans, décide de fuir la vie bourgeoise et étriquée qui l'attend dans son Massachusetts natal pour devenir institutrice dans le Montana. Elle entreprend alors un périlleux voyage de trois mois vers le Far West. Alors que d'autres cherchent de l'or dans ce monde nouveau, Milly rêve de liberté et de bonheur. Le quotidien est âpre mais les liens se tissent vite dans cette contrée encore sauvage.
Toutefois, ici comme à l'Est, les conventions puritaines sont des obstacles à la véritable liberté, et lorsque Milly accepte d'accueillir dans sa classe le beau Joshua, 17 ans, les ennuis commencent... Saura-t-elle n'écouter qu'elle-même et suivre le chemin qu'elle s'est tracé ? Une peinture superbe de l'Ouest américain au temps des chercheurs d'or. Wild Girl est un très beau roman d'apprentissage, un de ces romans difficiles à lâcher avant de l'avoir fini.

Milly Burnett a dix-neuf ans. Bien qu'elle vienne d'une famille aisée, la demoiselle a la bougeotte et elle décide de traverser l'Amérique pour s'installer en tant qu'institutrice dans une petite ville du Montana. Très vite, Milly séduit tous les habitants de la ville. Sa spontanéité, sa beauté atypique et sa joie de vivre détone et fascine. Mais... elle crée aussi des jalousie et la femme de l'épicier, la terrible Belvardara Johanson, compte bien remettre la jeune femme à sa place .
Lorsque Milly accepte le séduisant et dangereux Joshua dans sa classe, les langues se délient, la situation s'envenime. Milly saura-t-elle faire face? Est-elle réellement à sa place dans cette ville?

Un roman d'Audren est toujours une bonne lecture (je suis fan fan fan).
Une fois de plus, un personnage fort, passionnant. Un vrai dépaysement dans la lecture. Une belle histoire qui fait palpiter le cœur.
J'aime cette apparente simplicité dans l'écriture d'Audren. Elle est aussi décomplexée que Milly, brillante et impétueuse. Le texte ne nous emmène jamais où on s'y attend, dès que l'on pense quelque chose d'acquis, un renversement de situation chamboule tout et hop, on repart dans une autre direction.
Je n'ai pas pu posé le livre avant le point final. Je me suis tout simplement régalée. Le seul défaut de ce roman? Ne pas avoir assez de pages, car oui, j'en aurais bien lu un peu plus.
Audren aborde beaucoup de sujets dans son roman qui, s'il se déroule au XIXème siècle, est incroyablement moderne (abolition de l'esclavage, revendication des droits de la femme, les conditions de vie des indiens et les actions politiques menées à leur encontre et tant d'autres choses encore).
Milly est certes un petit bout de femme mais elle est aussi et surtout extrêmement forte. Elle agit avec passion et se donne corps et âme dans tout ce qu'elle entreprend. En amour comme dans sa profession, c'est une personne généreuse. Elle revendique son indépendance, ne juge pas les autres sans les connaître, assume totalement d'être une femme libre qui a des idées et des choses à dire.
J'amoure les romans d'Audren!!!
Autre point positif, cette nouvelle collection chez Albin Michel qui s'annonce des plus prometteuses. J'ai particulièrement été séduite par la couverture de se roman.... A suivre de très près...

dimanche 20 septembre 2015

Otages intimes de Jeanne Benameur

Date de parution : 19/08/2015
Éditeur : Actes Sud
Collection : Domaine français
ISBN : 978-2-330-05311-6
EAN : 9782330053116
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 191 pages
Poids : 0.207 Kg
Dimensions : 11,8 cm × 21,8 cm × 1,6 cm
Prix: 18.80€

Note: 5/5

Quatrième de couverture:

Photographe de guerre, Etienne a toujours su aller au plus près du danger pour porter témoignage. En reportage dans une ville à feu et à sang, il est pris en otage. Quand enfin il est libéré, l'ampleur de ce qu'il lui reste à ré-apprivoiser le jette dans un nouveau vertige, une autre forme de péril. De retour au village de l'enfance, auprès de sa mère, il tente de reconstituer le cocon originel, un centre duquel il pourrait reprendre langue avec le monde.
Au contact d'une nature sauvage, familière mais sans complaisance, il peut enfin se laisser retraverser par les images du chaos. Dans ce progressif apaisement, se reforme le trio de toujours. Il y a Enzo, le fils de l'Italien, l'ami taiseux qui travaille le bois et joue du violoncelle. Et Jofranka, l'ex petite fille abandonnée, avocate à La Haye, qui aide les femmes victimes de guerres à trouver le courage de témoigner.
Ces trois-là se retrouvent autour des gestes suspendus du passé, dans l'urgence de la question cruciale : quelle est la part d'otage en chacun de nous ? De la fureur au silence, Jeanne Benameur habite la solitude de l'otage après la libération. Otages intimes trace les chemins de la liberté vraie, celle qu'on ne trouve qu'en atteignant l'intime de soi.

Etienne est photo reporter de guerre. Après plusieurs mois de captivité, il est sur le point de recouvrer la liberté. Il est assailli de nombreuses questions et doutes. La peur au ventre, peut-il croire en sa libération? Comment se reconstruire après cet épisode traumatisant de sa vie?
Emma, son ex-petite amie, l'attend sur le tarmac parmi la foule d'anonymes. Elle a du mal à avancer dans la vie, otage de son histoire d'amour avec Etienne. Le revoir lui permettra-t-il d'enfin tourner la page?
La mère d'Etienne trépigne d'impatience, son fils est libre et en vie. Malgré sa joie de le retrouver, il y a aussi l'appréhension et les secrets du passé...
Et les deux amis d'enfance d'Etienne aussi...

Cinq personnages, cinq façons d'être "otage", prisonnier de quelque chose. Et le lecteur, captif de cette superbe lecture...
Jeanne Benameur nous propose un texte magnifique, pur, délicat. Un texte plein d'espoir, un roman plein d'humanité.
Un roman qui, parmi les livres de cette nouvelle rentrée littéraire, figure parmi mes préférés car il apporte de l'espoir. L'écriture est soignée, chaque silence, chaque soupir, chaque détail est parfaitement à sa place.
Je suis totalement sous le charme de l'écriture de Jeanne Benameur parce que la trouve poétique, littéraire, vibrante... parfaite!

dimanche 13 septembre 2015

Camille mon envolée de Sophie Daull

Date de parution : 20/08/2015
Éditeur : Philippe Rey
ISBN : 978-2-84876-468-9
EAN : 9782848764689
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 192 pages
Poids : 0.29 Kg
Dimensions : 14,5 cm × 22,0 cm × 1,5 cm
Prix: 16€

Note: pas de note exceptionnellement car on ne peut pas noter un témoignage, une histoire vraie selon moi.

Quatrième de couverture:

Dans les semaines qui ont suivi la mort de sa fille Camille, 16 ans, emportée une veille de Noël après quatre jours d'une fièvre sidérante, Sophie Daull a commencé à écrire. Ecrire pour ne pas oublier Camille, son regard "franc, droit, lumineux", les moments de complicité, les engueulades, les fous rires ; l'après, le vide, l'organisation des adieux, les ados qu'il faut consoler, les autres dont les gestes apaisent...
Ecrire pour rester debout, pour vivre quelques heures chaque jour en compagnie de l'enfant disparue, pour endiguer le raz de marée des pensées menaçantes. Loin d'être l'épanchement d'une mère endeuillée ou un mausolée - puisque l'humour n'y perd pas ses droits -, ce texte est le roman d'une résistance à l'insupportable, où l'agencement des mots tient lieu de programme de survie : "la fabrication d'un belvédère d'où Camille et moi pouvons encore, radieuses, contempler le monde".


Un livre bouleversant, un témoignage d'amour puissant...

Camille, 16 ans, était une jeune fille comme tant d'autres, drôle, curieuse et pétillante.
Puis un jour, un mal inconnu la frappe. S'ensuivent quatre jour d'agonie et de douleur que la jeune fille affronte bravement. Sophie Daull et son conjoint vont tout faire pour que Camille soit prise en charge, soignée, examinée. Mais les réponses se veulent rassurantes, ce mal ne peut être qu'une grippe lambda.
Mais ils se trompaient et Camille s'est éteinte après avoir essayer de lutter de toutes ses forces. Sophie Daull veut des réponses et va devoir survivre.

En tant que mère, j'ai été profondément éprouvée, touchée par cette lecture.
Sophie Daull écrit se livre pour dire adieu à sa fille unique. Pour pouvoir écrire un autre livre de sa vie, un autre chapitre, il lui fallait rendre ce dernier hommage pour avancer. Ecrire pour ne pas mourir, pour tenir debout.
Un livre construit en deux parties qui s'entremêlent, les derniers instants partagés avec Camille et quatre mois après, la vie sans elle. Sophie Daull réussit l'exploit de ne pas faire un livre racoleur, au contraire. Ce livre permet à la comédienne de poser les choses, de se souvenir, d'avancer. Quel courage! Quelle épreuve!
Comment se relever, avancer après cette incommensurable perte? Sophie Daull essaye de s'accrocher aux mots, aux souvenirs, aux faits.
Bouleversant!

mardi 1 septembre 2015

Les pêchers de Claire Castillon

SORTIE PREVUE POUR LE 03 SEPTEMBRE

Éditeur: Editions de l'Olivier
Reliure: Broché
Nombre de pages 208
ISBN:  978-2-8236-0790-1
EAN: 9782823607901
Format: 21 x 14 cm
Prix: 17.50€

Note: 4/5

Vous pouvez acheter ce livre en cliquant ICI

Quatrième de couverture:

Tamara a choisi de faire sa vie avec Claude pour avoir une existence confortable. Mais elle a du mal à devenir l'épouse modèle dont il rêve. Elle est obsédée par le désir de retrouver son ancien amant, Quick, qui a rencontré Aimée, l'ex-femme de Claude.

Une fois de plus un roman choc...

3 femmes. 3 voix. 3 parties.
La première est une femme paumée qui se retrouve mariée avec un sombre crétin macho et écrasant. Sa bouffé d'oxygène? Le souvenir de son ex qui refuse de s'estomper.
La deuxième est l'ex-femme du mari de la première. Et comble de surprise, la nouvelle compagne de l'ex omniprésent.
La troisième est innocente. C'est la fille du crétin et de la nouvelle compagne de l'ex. Celle qui cherche sa place entre une belle-mère qui est dans son monde et une mère qui s'occupe de sa fille quand ça l'arrange.
Le tout donne un roman délirant et percutant comme seule en écrit Claire Castillon.

Un roman incisif, troublant, violent, sans concession. Des portrait au vitriol, qui montent en intensité pour s'achever sur celui de la plus jeune qui est celle au final qui déguste le plus.
Beaucoup d'images, d'odeurs, dans ce livre. Beaucoup de métaphores surprenantes, des images douces invoquées pour décrire l'indicible, conférant encore plus de force au récit. Certains détesteront ce livre, d'autres (dont je fais partie) aimeront. En tout cas, ce livre ne vous laissera pas indifférent.
Claire Castillon, que ce soit pour les romans jeunesse ou pour les romans adultes, a un univers bien à elle. Avec cette auteure, on ne sait jamais où l'on va. C'est toujours surprenant et ce nouveau livre ne fait pas exception. Pour ma part, je me suis autant régalée que pour Insectes.