mardi 3 janvier 2012

J'ai participé à un concours inter-bloggeuses

À l'occasion de la sortie de Paradise, le nouveau roman de Simone Elkeles le 12 janvier 2012, les Éditions La Martinière J. Fiction m'ont invitée à participer à un concours inter-bloggeuses.

Le principe : Rédiger un court récit sur le thème "L'amour plus fort que les préjugés"

J'ai relevé le défi et voici ma proposition :
Dangereuse attirance
Le regard de Benjamin se posa sur moi. Malgré la distance qui nous séparait je pouvais en sentir la chaleur. Je levais alors les yeux vers lui, il gardait la tête haute malgré les menottes qui lui enserraient les poignets. Le policier en charge de le conduire hors du lycée lui tira sur le bras sans ménagement et ils disparurent. Le reverrai-je un jour ? Le cœur serré, je ne pus m’empêcher de me remémorer ces derniers mois.
Benjamin était entré dans ma vie sans crier gare. Plongée dans un roman, je ne l’avais pas vu et nous nous étions rentrés dedans de plein fouet. Moi qui aime être discrète c’était raté. Mes lunettes avaient volé je ne sais où et je me sentais perdue. Mon regard de myope le distinguait à peine aussi lorsqu’il me rendit mon précieux bien et que je le vis plus nettement, mon cœur rata un battement : j’avais sous les yeux un dieu grec, un corps musclé que l’on devinait sous son tee-shirt, le regard d’un brun profond... Ravalant difficilement ma salive, je réalisai alors que j’étais encore par terre et me relevai le plus dignement possible. Je devais avoir l’air bien fine ! J’entends encore nettement les rires des élèves qui avaient assisté à la scène. Je ne rêvais que d’une chose : disparaître sur le champ. Benjamin me détaillait en prenant son temps accentuant mon malaise. Je pris mes jambes à mon cou.
Mais cette rencontre « bouleversante » fut la première d’une longue série… Pour mon plus grand bonheur, je dois bien l’avouer. Quelle lycéenne ne rêverait pas de croiser le chemin d’un beau brun ténébreux, aux cheveux fous (dans lesquels ont glisserait volontiers ses doigts), à la bouche indécente (tant elle est une invitation aux baisers) et au regard brûlant (qui me faisait fondre comme une glace au soleil) ? J’avais l’impression d’exister pour la première fois. Nos casiers étaient proches et lorsqu’il me lançait un « salut » ou me faisait un clin d’œil je sentais chaque fibre de mon corps tendre vers lui. Il m’attirait comme un aimant. Ce qui faisait aussi de lui la personne la plus dangereuse que je connaisse car en sa présence je n’étais plus vraiment moi.
Petit à petit, il en vint à me raccompagner chez moi après les cours et nous bavardions comme si nous nous étions toujours connus. Les filles les plus en vue du lycée étaient folles de jalousie, particulièrement Elise Posa, la capitaine de notre équipe de volley. Nous ne nous supportions pas depuis la primaire alors les années passant cette animosité ne fit que s’accroître. Il était de notoriété publique qu’elle et Benjamin avaient été ensemble aussi qu’il puisse s’afficher avec moi (en tout bien tout honneur, pourtant) était pour elle une catastrophe. Une fille impopulaire, binoclarde et bonne en classe : « Trop la honte » ! Nous étions pour elle totalement incompatibles.
Pourtant, Benjamin ne semblait pas me voir comme les autres, très vite nous nous sommes rapprochés et, un soir il m’embrassa. Ses lèvres étaient douces et chaudes sur les miennes. Je tremblais de la tête aux pieds, c’était tellement… parfait. À cet instant, je sus qu’il était fait pour moi et que, malgré mon manque d’expérience, je saurais comment le combler. J’étais amoureuse et je me sentais à la hauteur de cette relation. Benjamin avait beau être la personne la plus en vue du lycée, il était aussi profondément rebelle et se moquait du « qu’en dira-t-on » et n’en déplaise à Elise, je comptais bien vivre cette relation au maximum.
Et puis, il y eut une rumeur comme quoi Benjamin aurait profité d’Elise et volé ses parents lors d’une fête entre amis. Benjamin ne pouvait faire un pas sans qu’on lui lance un regard mauvais ou qu’on l’insulte. Il se disait innocent et je le croyais, la jalousie et le comportement d’Elise ne faisaient que me conforter dans mon choix. Nous étions seuls contre tout le lycée.
Le tempérament sanguin de Benjamin fit le reste. Ne supportant pas l’injustice des accusations portées contre lui, il suffit d’un mot de trop et il se lança dans une bagarre d’une rare violence. Son dossier scolaire était déjà bien rempli, le directeur appela la police. Elise jubilait, je voyais la lueur de triomphe dans ses yeux. Tandis que la voiture de police s’éloignait, je me promis de tout faire pour sortir Benjamin de cette situation et de faire payer Elise…
J'attends maintenant le verdict du jury, j'ai méga over la boule au ventre. Je n'ai jamais fait cet exercice et en plus, je n'ai pas du tout l'habitude d'écrire pour les plus grands. Arggggg

4 commentaires:

  1. C'est très sympa de te voir dans un autre registre. J'ai vraiment apprécié l'histoire et la façon dont tu l'as écrite, j'attends la suite maintenant !
    Je croise fort les doigts pour toi ! Tu connais la date des résultats ?

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Merci c'est gentil^^. Non je ne connais pas encore la date des résultats. Le texte est complet, frustant, hein? Mais nous étions limitées à 750 mots. Je dois avouer que j'ai adoré écrire ce texte...

    RépondreSupprimer
  4. bravo pour le texte en tout cas. on m'a aussi proposé ce concours inter-bloggeuses, mais contrairement à toi je ne me suis sentie de relever le défi. encore félicitations pour cette prose.

    RépondreSupprimer