vendredi 31 mai 2013

A l'ombre de l'oubli de Mireille Disdero

Date de parution : 11/04/13
Éditeur : Seuil
ISBN : 978-2-02-110957-3
Présentation : Broché
Nb. de pages : 174 pages
Prix: 11€

Note: 5/5 ÉNORME COUP DE COEUR!!!!!!

Quatrième de couverture:

Violette est belle et intelligente.
Arnaud n'a d'yeux que pour elle. 
Mais après une rencontre organisée par des amis virtuels rencontrés sur le net, Violette devient morse et se replie sur elle-même. Que s'est-il passé lors de cette soirée ?
Elle ne se souvient de rien. Arnaud devra faire preuve de patience pour aider Violette à recouvrer la mémoire. Et elle, de beaucoup de courage pour accepter la vérité.
 
Un récit très sensible où l'amour et la parole, face au drame et à la douleur, se révèlent les plus forts de remèdes.
 
Un roman puissant et délicat à la fois...
 
Vous me suivez depuis longtemps à présent, ce n'est pas une surprise, je suis très sensible aux romans dits "de vie". Ces romans qui abordent des sujets d'actualité de façon légère ou plus rude. Je me suis donc plongée, sans attendre une minute, dans ces pages et je n'ai repris mon souffle qu'au point final.
 
Violette a dix-sept ans, la vie devant elle. Belle comme le soleil levant, intelligente, elle démontre un talent certain pour l'écriture de poèmes. Elle participe activement à un forum littéraire, Pen Touch, et publie quotidiennement sur son blog Les carnets de poésie.
A ses côtés, Arnaud, l'ami de toujours, son inséparable depuis la cinquième. Depuis quelques temps cependant, leurs sentiments évoluent. Les peaux se frôlent, les regards se cherchent...
Un jour, Violette est invitée à une rencontre sur Paris entre les membres de Pen Touch. La jeune fille est ravie et décide de s'y rendre. Ses parents, journalistes, sont constamment absents, pas besoin de permission, sa grand-mère censée "jouer les chaperons" ne posera aucune résistance.
Arnaud préfère ne pas y aller. Violette ira donc seule.
Sur place elle doit retrouver Lili (avec qui elle a sympathisé il y a quelques années et avec qui elle administre Pen Touch) et Ahriman, un autre membre du forum qui ne cesse de la complimenter sur ses écrits depuis son inscription et qu'Arnaud ne supporte pas sans s'expliquer pourquoi (jalousie? Intuition?).
Mais rien ne va se passer comme prévu. Lili absente, le temps se gâte, les choses tournent à l'orage.
La vie bascule: nous sommes en novembre.
Violette rentre chez elle le lendemain mais quelque chose s'est brisé en elle, sans qu'elle parvienne à le nommer.
Arnaud le sent, il est présent, devient omniprésent.
Et la vérité enfin se dévoile peu à peu.
 
J'ai ouvert ce roman, j'ai été happée, j'en suis sortie bouleversée.
Ce n'est pas un roman larmoyant, c'est un roman poignant, juste et honnête. L'écriture de Mireille Disdero est tout en nuances, elle guide le lecteur, prend sont temps pour poser les mots, pour lâcher LE mot.
Violette est un personnage tellement crédible. A la fois mature, devant se gérer seule la plupart du temps, elle réussit cependant à être une très bonne élève; et immature cherchant sans cesse des limites qui ne viennent pas.
Elle est candide, comme on peut l'être à dix-sept ans, confiante en la vie, accordant facilement sa confiance. Encore enfant au moment de se rendre à Paris, c'est une adulte qui rentre chez elle le lendemain. Une adulte qui va devoir affronter ses démons, qui ne sait pas où trouver de l'aide, qui se raccroche aux branches comme elle peut, qui essaye de ne pas se noyer, de ne pas sombrer.
Et Arnaud, sa moitié, son (fragile) équilibre, ce jeune homme, cet homme jeune, qui décide de la porter sur ses épaules et va l'aider à affronter l'horrible vérité.
Le message véhiculé par ce livre est très fort. Violette, un si joli prénom, qui porte en elle l'intitulé du crime dont elle a été victime. Nous la voyons sombrer peu à peu et nous espérons qu'elle va saisir la main tendue par Arnaud et se relever. Mais comment se remettre de l'indicible?
Un roman qui m'a coupé le souffle!
 
**************
 
Et un tel coup de cœur m'a donné envie d'en apprendre plus sur Mireille Disdero qui a eu la gentillesse de répondre à une petite interview:
 
 
1. Après avoir été totalement emportée, bouleversée par votre roman, j'aimerais en apprendre un peu plus sur vous. Pouvez-vous nous parler de votre parcours? Comment êtes-vous devenue auteure?
J’habite à Bangkok en Thaïlande et j’aime voyager, bouger, écrire des instantanés de vies... Le voyage s’y prête bien. Mon origine ? La Provence. J’y suis née, j’y ai fait des études de Lettres et j’y ai un tout petit peu enseigné le français.
J’aime les livres. Tous. Les lire, les écrire, les toucher, travailler avec…
Mon métier ? Écrivain et bibliothécaire avec un penchant pour la littérature jeunesse et la poésie.
 
Je suis devenue auteur petit à petit, en m’améliorant, j’imagine. Voilà un peu plus de 10 ans, j’ai voulu proposer mes textes à des éditeurs et ils ont été acceptés. C’était le bon moment.
J’écris sans distinction d’âge de lecteur. Mais mes trois derniers romans (publiés au Seuil) s’adressent tout particulièrement à des adolescents.
2. À l'ombre de l'oubli aborde un thème particulièrement difficile, celui du viol, comment avez-vous eu l'idée de ce roman?
La première idée d’écrire sur ce thème m’est venue quand j’ai été jurée dans un procès d’assises, lors d’une affaire de viol sur une enfant par son père adoptif.
Quand la victime a trouvé la force de porter plainte, de nombreuses années s’étaient écoulées, une longue période de silence où elle avait dû survivre malgré tout… mais à quel prix !
Cette expérience de jurée d’Assises m’a secouée profondément, m’a appris beaucoup et m’a poussée à réagir contre ce qui n’est pas acceptable.
De plus le viol est peu traité en littérature jeunesse. C'est un sujet dont on parle peu, à commencer par les victimes (une personne violée sur dix seulement porte plainte).
Alors avec « A l’ombre de l’oubli », j’ai eu envie de donner la parole ou de la libérer, de délier les langues (si possible) par l’intermédiaire du témoignage de mes personnages Violette et Arnaud. Ceci concerne aussi bien les garçons que les filles.
 
3. Espace libre: vous pouvez parler de ce qui vous tient à cœur: projets, parutions, ou autre.
- Un projet : écrire des romans qui se déroulent en Asie. Pour l’instant, je suis en immersion…
- Petite annonce : Je cherche un lecteur critique (littérature jeunesse et jeunes adultes) pour mes prochains romans (bénévole, mais dont le nom sera bien sûr mentionné lors de la publication)
- Partage : un petit texte écrit lors d’un voyage à Hanoï, au Viet Nam :
L’infiniment petit
 
Les sons, les pas, les terres se mélangent
Hanoï la nuit ou Bangkok
Deux fillettes assises dans la rue
Les cheveux mouillés, sombres et brillants
Cherchent la petite bête
Puis l'écrasent entre deux doigts.
Mireille Disdero
- Pour me joindre ou pour aller plus loin :
mireille.disdero@gmail.com
Page auteur de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse : http://repertoire.la-charte.fr/repertoire/i259-mireille-disdero
 
Un grand MERCI à Mireille Disdero pour son superbe roman tout d'abord et pour avoir consacré de son temps pour l'interview.


4 commentaires:

  1. Bonjour,

    C'est moi qui vous remercie pour cette belle analyse que vous venez d'écrire à propos du récit. Merci également d'en parler. A bientôt,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fut une très belle découverte pour moi. A très bientôt

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas du tout, mais il a l'air vraiment touchant ce livre. Merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
  3. Oui, et la chronique donne très envie de le lire !

    RépondreSupprimer