mercredi 18 septembre 2013

Le garçon qui aimait deux filles qui ne l'aimaient pas de Nathalie Kuperman

SORTIE PRÉVUE POUR LE 17 OCTOBRE 2013
Éditeur : École des Loisirs (L')
Collection: Médium
ISBN : 978-2-211-21411-7
Nb. de pages: 108
Prix: 8.50€

Note: 4/5

Quatrième de couverture:

La première fois que Louis a vu Mona, c’était à la crèche et elle lui a jeté son hochet à la tête. Il a pleuré. Douze ans plus tard, rien n’a vraiment changé : Mona continue à le mener par le bout du nez. Louis ne s’est jamais plaint, jusqu’à aujourd’hui. Elle ne l’a pas rappelé comme promis, et Louis en a fait une maladie. Il a découvert qu’il était fou, amoureux fou de son amie d’enfance, il a décidé de se transformer.
À partir de maintenant, Louis est un mec cool. Le genre lointain, voire un peu hautain, celui que rien n’atteint. Le genre dont toutes les filles tombent amoureuses…


Un petit livre rafraîchissant...

Louis connaît Mona depuis la crèche. Déjà en ce temps là elle le "martyrisait" à coup de hochet. Douze ans plus tard, les deux sont inséparables, devenus les meilleurs amis du monde. Seulement voilà, Louis a treize ans, la puberté pointe le bout de son nez et avec elle, le bal des hormones et des questions existentielles commence... Louis se demande si il n'est pas amoureux de Mona et c'est là que tout se complique...
Pour attirer Mona, Louis décide de se la jouer cool mais une complication en appelant une autre... finalement quelle est la solution?

Une belle histoire dans laquelle de nombreux jeunes ados se reconnaîtront. Soyons francs, toutes ces questions, ces situations embarrassantes, nous y passons tous.
J'ai beaucoup aimé l'idée du roman qui rend vraiment bien cette période charnière qu'est le début de l'adolescence. ce moment où l'on se réveille différent tout en restant désespérément les mêmes. Le monde revêt soudain de nouvelles couleurs, de nouvelles perspectives s'offrent à nous. Parallèlement, nous restons les enfants de nos parents: ainsi Louis qui se sent tout d'un coup grand ne supporte plus que sa maman l'appelle "petit lapin".
Cette dualité qui fait tout le "charme" (relatif of course) de l'adolescence est délicieusement bien rendu par Nathalie Kuperman. C'est un roman court, certes, mais intense.
A lire sans modération!!!

2 commentaires:

  1. Tu me donnes envie de le lire celui-là ! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Il a en effet l'air très chouette! Merci de ce billet :)

    RépondreSupprimer