lundi 25 avril 2016

A demain, Lou de Marie-Claude Vincent

Date de parution : 07/04/2016
Éditeur : Robert Laffont
ISBN : 978-2-221-18993-1
EAN : 9782221189931
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 164 pages
Poids : 0.216 Kg
Dimensions : 13,6 cm × 21,6 cm × 1,6 cm
Prix: 16€

Note: 5/5

Résumé:

La joie et la douceur règnent dans cette famille composée de parents amoureux et de leurs trois filles, Elisabeth, seize ans, Lou, douze ans, et Laura, un an. Jusqu'au jour où Elisabeth part passer le week-end chez une amie et ne revient pas. Bloquée par le silence des parents, Lou n'ose pas poser de questions. Le corps pressent ce que l'esprit refuse d'entendre, mais la vérité serait plus blessante que le silence. C'est sur cet événement que Lou revient, quatre ans plus tard, à la veille de ses seize ans, âge d'Elisabeth à sa disparition. Elle raconte sept longs mois d'attente obstinée, les cahiers intitulés Pour que tu sois au courant de tout quand tu reviendras, dans lesquels elle note le moindre changement survenu dans la famille, et les défis qu'elle s'impose afin de ne pas se laisser submerger par l'angoisse. Mais les comportements obsessionnels et compulsifs prennent de l'ampleur, les résultats scolaires sont en chute libre et Lou frôle les bords du précipice. Le jour de son treizième anniversaire, un oncle rompt enfin le silence et parle en termes clairs de la mort d'Elisabeth (elle est morte noyée). Lou raconte alors comment la vie est revenue en elle. Les affaires d'Eli rangées dans des cartons, l'installation de Laura, la petite soeur, dans le lit jumeau, et le rattrapage scolaire. Mais, lorsqu'elle atteint l'âge exact qu'avait Eli le jour de sa mort, elle ne voit comment se résoudre à devenir plus vieille que sa soeur. " La seule chose qui me paraît inconcevable, c'est de cesser, physiquement, d'être la petite soeur d'Eli. " Il va bien falloir, pourtant, passer ce cap... 

Lou a tout juste douze ans lorsqu'elle perd sa grande sœur Eli âgée de seize ans. Cette tragédie plonge la famille dans un désarroi profond où le silence est d'or, et Lou se réfugie dans une bulle composée de listes et de choses qu'elle consigne dans des cahiers pour qu'Eli ne soit pas trop perdue à son retour. Car oui, malgré que Lou sache que sa sœur est morte, puisque l'on dit tout le temps qu'elle est partie, la jeune fille s'est mis en tête qu'un jour Eli reviendra. Le deuil est douloureux pour Lou mais heureusement, la venue de son oncle va peu à peu l'aider à avancer. Eli va pouvoir de nouveau avancer et grandir. 
Un roman très fin et très juste. L'auteure pose les mots en douceur, en une succession d'épisodes et anecdotes, qui parfois font sourire ou émeuvent. L'émotion va crescendo, on s'attache à Lou, on essaye de comprendre, on traverse avec elle les différentes étapes d'un impossible deuil, on avance pas à pas, en essayant de garder notre souffle. L'importance des mots est mise en avant par Marie-Claude Vincent. Il est important de dire les choses clairement: Eli est morte. C'est brutal mais c'est un fait. En disant "Eli est partie", cela revêt une notion d'espoir, d'un retour, d'un miracle. Lou est jeune, la mort de sa soeur, avec laquelle elle partageait tout: la chambre, les secrets, la complicité, est juste impensable. Malgré qu'elle est plus ou moins conscience qu'elle ne la reverra jamais, puisque les mots ne sont jamais posés, Lou imagine le retour d'Eli. Un texte subtile, émouvant et intelligent. 
Une belle lecture!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire