La tête sous l'eau d'Olivier Adam

Date de parution : 23/08/2018
Éditeur : R-jeunes adultes
ISBN : 978-2-221-21517-3
EAN : 9782221215173
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 220 pages
Poids : 0.273 Kg
Dimensions : 13,2 cm × 21,2 cm × 2,0 cm
Prix: 16€

Note: 17/20

Quatrième de couverture:

Quand mon père est ressorti du commissariat, il avait l'air perdu. Il m'a pris dans ses bras et s'est mis à pleurer. Un court instant j'ai pensé : ça y est, on y est. Léa est morte. Puis il s'est écarté et j'ai vu un putain de sourire se former sur son visage. Les mots avaient du mal à sortir. Il a fini par balbutier : "On l'a retrouvée. Merde alors. On l'a retrouvée. C'en est fini de ce cauchemar". Il se trompait. Ma sœur serait bientôt de retour mais nous n'en avions pas terminé.

Tout d'abord, il y a eu le déménagement. 
Adieu Paris, bonjour la Bretagne. 
Loin de faire l'unanimité, ce choix de vie semble davantage satisfaire les parents que leurs ados et en particulier, Léa, la fille aînée, qui laisse derrière elle ses amis, ses repères et plus encore.

Puis, il y a eu la guerre des nerfs qui s'est achevée sur la disparition inquiétante de Léa, décimant la famille au passage. Incrédulité, panique, terreur et la vie qui continue implacable.

Deux ans plus tard, arrive un appel inespéré: Léa a été retrouvée.
L'adolescente n'est plus que l'ombre d'elle-même. Affaiblie, amaigrie, à fleur de peau, elle seule détient toutes les réponses sur ce qu'elle a traversé.
Est-ce réellement la fin du cauchemar? La famille pourra-t-elle se reconstruire? Quels secrets dissimulent Léa? Et si le pire était à venir?

Un roman que l'on lit souvent en apnée, comme pris dans des rouleaux, valdingué de tous les côtés. 
Un roman que l'on se prend comme une vague en plein visage, que l'on ne voit pas forcément venir même si c'est une possibilité et qui nous laisse hébêté.
Parfois, nous coulons, parfois nous reprenons notre souffle avant de replonger aussi sec. La surface à portée de main et pourtant si difficilement accessible. Les poumons nous brûlent mais notre instinct de survie nous maintient en éveil.
Ce n'est pas le premier roman que je lis sur ce thème mais avec l'écriture d'Olivier Adam, cela prend une direction tout à fait différente. L'écriture est implacable. Un passage est assez insoutenable. Et ce frère, narrateur de l'histoire, tout à fait bouleversant. C'est un adolescent tiraillés entre ses hormones et des préoccupations de son âge et un aplomb assez surprenant. Chaque nouveau chapitre s'ouvre par un mail de Léa et peu à peu certains voiles se lèvent. 
J'aime cette alternance entre passages rudes et d'autres plus légers qui permettent de reprendre notre souffle et qui empêche le roman d'être plombant.
Une sacrée lecture!

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

im@mie de Susie Morgenstern

C'est l'heure du bilan #1: 2018

40 défis pour protéger la planète de Sophie Frys, Cynthia Thiéry