jeudi 15 avril 2010

Un sur deux de Steve Mosby


Quatrième de couverture:
C'est un grand jour pour Mark Nelson.
Après avoir tout investi dans son travail, à la suite de la mort tragique de sa petite amie, il est nommé dans l'équipe de John Mercer, flic légendaire, qui vient de retrouver son poste après une longue dépression. C'est ce moment précis que choisit l'ennemi intime de Mercer pour réapparaître. Un tueur qui s'en prend aux couples et ne laisse qu'un des deux amants en vie. Lorsqu'il enlève une jeune femme et son compagnon Mercer et Nelson, n'ont que quelques heures pour les retrouver.
Ce n'est que le début d'un puzzle cauchemardesque, aux pièces parfaitement ciselées. Les apparences sont en effet trompeuses et le plan du tueur se révèle peu à peu une manipulation machiavélique à l'intensité dramatique et au rebondissement final digne des plus grands thrillers.


Un thriller haletant. Le modus operandi du tueur est machiavélique à souhait. Le lecteur est malmené, l'intrigue bien ficellée. J'ai juste un petit bémol à émettre quant à la fin mais sinon j'ai passé un bon moment de lecture. Les amoureux du genre ne seront pas déçus.
EAN13: 9782355840081
(Il est sorti en poche, collection points Thriller EAN13: 9782757809518)

L'auteur en quelques mots... Steve Mosby est né en 1976 à Leeds.
Un sur deux, son premier roman traduit en Français, se place d'emblée au niveau des plus grands livres du genre, tels Le Poète de Michael Connelly ou Shutter Island de Dennis Lehane

5 commentaires:

  1. C'est vrai que c'est un thriller haletant. Mais j'ai trouvé qu'il était un peu tiré par les cheveux. Comment est ce qu'une personne peut rester à vous surveiller chez vous dans votre grenier pendant des jours sans que l'on s'en aperçoive ?
    Ceci dit, l'histoire est très bien ficelée. J'avoue qu'avant de le terminer, le scénario me semblait un peu décousu. Mais la fin nous dévoile toute sa subtilité. Mais je suis également de ton avis, la fin est un peu tordue, mais avec beaucoup de rebondissements.

    RépondreSupprimer
  2. C'est justement la fait qu'il soit tiré par les cheveux qui est bien. Sinon tu aurais une impression de déjà vu ;)
    Mon préféré reste pour l'instant celui de Karine Giebel. Où on atteint des sommets. L'as-tu lu?

    RépondreSupprimer
  3. Ahh non, je n'ai pas lu de roman de cet auteur. Par contre ça me tente bien. De quel roman tu veux parler ?
    Sinon question "tirage de cheveux" ;) il y a Improbable d'Adam Fawer. C'est un trhiller unique.

    RépondreSupprimer
  4. Je l'avais noté il y a très longtemps, sans jamais l'acheter après en avoir entendu parler par Gérard Colar sur France 5...tu me le rappelles à mon bon souvenir...merci

    RépondreSupprimer