samedi 5 février 2011

La guerre des chocolats de Robert Cormier
















Quatrième de couverture:

Frappé par la mort récente de sa mère et consterné par la façon dont son père traverse la vie comme un somnambule, Jerry Renault, élève dans un lycée de Nouvelle Angleterre, réfléchit au sens de l'affiche qu'il a mise dans son casier : Oserai-je déranger l'univers ? Une partie de son univers, c'est Archie Costello, chef d'une société secrète dans l'école - les Vigiles - et passé maître en intimidations. Archie lui-même est sous la coupe d'un professeur ambitieux et sans scrupule qui oblige les Vigiles à s'impliquer dans l'événement annuel : une vente de chocolats destinée à augmenter les fonds.
Quand Jerry refuse de vendre les chocolats sous la contrainte, il devient un héros, mais son défi est une menace pour Archie, les Vigiles et l'école. Lors de l'inévitable affrontement, l'habileté d'Archie transforme Jerry le héros en hors-la-loi, en victime abandonnée de tous et terriblement vulnérable.


Un récit sans concession!!!

Je ne suis pas arrivée à accrocher totalement à ce roman. Certes, il est bien écrit, mais la violence qui s'en dégage, les scènes de bagarre qui ponctuent le récit, le mauvais esprit des personnages, le manque de morale m'ont mise mal à l'aise.
Évidemment, je ne suis pas naïve, je me doute bien que c'est à dessein que l'auteur a donné ce ton à son roman. C'est un univers très masculin, très cru, où même les adultes sont corrompus.
Que le petit nouveau, déjà bien marqué par la vie, ose devant toute l'école dire "non" à la vente traditionnelle de chocolat, est juste inconcevable. Ce "non", comme vous pouvez vous en douter, n'est pas tant à cette vente qu'au système dans lequel Jerry est projeté. Il remet en cause le diktat mis en place par l'organisation secrète des élèves, les Vigiles, mais aussi à la hargne de certains enseignants de l'école. Pour faire sa place, il faut sans cesse se battre, s'accrocher, ne pas montrer ses faiblesses, sinon c'est la mort assurée. Tout est question de survie et d'estime de soi.
Le fond du roman m'a plu mais mon côté sensible a été éprouvé. J'ai aussi été gênée par la foison de personnages, certains chapitres pour moi sont trop perturbants mais ils servent très certainement à humaniser ou encore à déshumaniser certains personnages.
En fait, je me rend compte en vous livrant mon ressenti que ce roman a eu un impact bien plus fort que je ne le pensais sur moi: le message est bien passé!
Pour autant, je ne lirai pas la suite. Et vous, qu'en pensez-vous?

EAN: 9782211013062

3 commentaires:

  1. La 4eme de couverture est tentante mais ton avis... Mais c'est pas grave je l'ajoute à ma PAL !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai commencé de relire pour la 4ème fois la guerre des chocolats,et mon opinion est toujours la même.
    L'ouvrage est certe dérangeant,mais il colle en tous points au schéma interne d'un adolescent de 14-15 ans.En effet,je me suis nettement reconnu sous les traits de certains des protagonistes.
    Il s'agit là de réalisme cru,c'est assez rare en littérature,et à ce point de maîtrise narrative,c'est tout simplement magnifique.
    De cormier,je conseille également la suite des"chocolats",mais aussi
    après la première mort,les héros,et à la brocante du coeur.
    Tout aussi dérangeant,mais qui ont le mérite d'amorcer chez le lecteur curieux,un questionnement certain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un grand Auteur, je suis tout à fait d'accord. Il est important pour les ados d'avoir ce genre de récit à la fois de qualité mais aussi dérangeant car cela fait réfléchir et en tout cas, ne laisse personne indifférent.

      Supprimer