samedi 10 septembre 2011

La fourmilière de Jenny Valentine



Paru le: 14/04/2011
Éditeur: École des Loisirs (L')
Collection: Médium
ISBN: 978-2-211-09786-4
Nb. de pages: 264 pages

En savoir plus sur L'auteur

Lire l'avis d'Eidole


Un énorme coup de cœur!!!
Quatrième de couverture:

Personne ne choisit vraiment de vivre au 33, Georgiana Street.
L’immeuble est situé dans un quartier peu engageant de Londres. Les appartements sont minuscules, sales, délabrés. L’électricité et le loyer se paient à la semaine. Seul avantage du lieu : Steve, le propriétaire, ne pose pas de questions. Pour un garçon de 17 ans qui a fugué, l’endroit est idéal. Sam s’est réfugié à Londres parce que ici, personne ne sait qui il est, ni ce qu’il a fait. Cerise et sa fille Bohême sont deux autres nouvelles locataires qui déménagent au gré des petits amis de Cerise.
A 10 ans, Bohême se débrouille toute seule, car sa mère est bien trop fragile et perdue pour arriver à s’occuper de sa fille. Au 33, Georgiana Street, on évite de se mêler des affaires des autres. Mais Bohême va bouleverser la vie de l’immeuble. Elle a besoin d’un ami, et c’est Sam qu’elle a choisi.
       

Un magnifique roman à découvrir d'urgence!!!
Quand Sam, un jeune fugueur de dix sept ans arrive à Londres, il n'a de cesse de se fondre dans la foule. Il est bien décidé à devenir transparent et à se faire oublier des autres. Lorsqu'il arrive au 33, Georgiana Street, il n'imagine pas qu'habiter cet immeuble décrépis aux habitants très spéciaux va bouleverser sa vie. Dans cet immeuble se côtoient des personnalités aussi diverses que particulières. Il y a une vieille dame, Isabel, commère comme pas deux et son vieux chien Paillasson; un propriétaire à l'aspect repoussant, Steve; un homme inquiétant, Mick;  et une mère complètement perdue,  Cherry et sa fillette de dix ans à la langue bien pendue, Bohemia, que tout le monde surnomme, Bo.
Tout ce beau monde vaque à ses occupations sans se préoccuper des autres mais c'est sans compter sur Isabel qui va tout faire pour créer des lien entre les habitants. Elle est bien décidée à ce que l'immeuble connaisse un nouveau souffle. Elle commence par prendre la petite sous son aile en lui proposant du cacao ou des tartines, elle essaye de comprendre son histoire et pourquoi elle est si souvent livrée à elle-même, puis elle va entrer dans la vie de Sam. Ce dernier, va-t-il se laisser apprivoiser? Comment en est-il arrivé là?

Tous ces écorchés vifs, ceux que la vie n'a pas épargnés, se retrouvent dans cet immeuble rebutant. Derrière les blessures physiques ou psychiques, se cache un réel besoin d'amour. À l'image des fourmis, à plusieurs, on est plus forts, tel est le message que fait passer La fourmilière. Aussi fragiles que ces petits insectes, chacun des habitants du 33, Georgiana Street aura un rôle capital à jouer afin de peu à peu se reconstruire.
Ce roman est une petite pépite! Deux récits se croisent celui de Sam et de Bohemia, deux enfants que la vie a fait grandir trop vite. Rien ne les prédestinait à se rencontrer et pourtant, c'est à partir de là que tout va vraiment commencer. Le récit avance peu à peu, la lumière se fait petit à petit sur leurs parcours respectifs. C'est prenant, à chaque page son lot de révélations. Je fais le choix de ne pas vous en dire plus car chaque détail compte et je ne veux pas vous gâcher l'essence du roman. J'ai adoré!!!

Merci à Sylvie et à l'École des Loisirs pour l'envoi de ce roman magnifique!

1 commentaire: