lundi 18 juin 2012

Kaleb (saison 1) de Myra Eljundir

Date de parution : 14/06/12
Éditeur : Robert Laffont
ISBN : 978-2-221-12682-0
Nb. de pages : 441 pages
Prix: 18€

POUR PUBLIC AVERTI
(déconseillé aux moins de 15 ans)

Note: 3.5/5




Quatrième de couverture:

A 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler.
Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu'on ne peut s'empêcher de l'aimer. À la folie, à la mort.
Sachez que ce qu'il vous fera, il n'en sera pas désolé. Ce don qu'il tient d'une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu'au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule... Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller?
Enfin un roman où l'on suit un personnage basculant du côté obscur...
Mais est-ce si simple que cela?
Kaleb se découvre un don très particulier: celui de l'empathie. Il ressent les émotions des autres, puis il s'en nourrit, il peut même s'en servir à des fins peu louables.
Kaleb est un jeune adulte un peu paumé. Aveuglé par l'amour qu'il lui porte et la confiance qu'il a en son fils, son père ne voit rien, ne réagit pas aux signaux de détresse du jeune homme. Très vite Kaleb bascule...
Parallèlement à cette histoire, nous suivons le parcours des Sentinelles, une organisation en charge d'éradiquer les personnes dotés d'étranges aptitudes comme Kaleb et ce par des moyens disons... musclés et radicaux. Le don de Kaleb vient juste de se réveiller et il représente déjà une trop grande menace. Qui est Kaleb? Quels sont les secrets qui entourent ses origines? Qui sont ses mystérieux poursuivants?
Une lecture déroutante et originale.
Nous sommes dans le jamais lu. Assister à la naissance d'un monstre, essayer de se persuader qu'il reste en lui une part d'humanité (oui, j'ai encore envie d'y croire, je suis très naïve), assister à ses crimes, se révolter, trembler pour lui lorsque la traque commence, s'indigner des dégâts collatéraux (oui, je parle d'elle en particulier. Qui ça pensez-vous? Et bien lorsque vous aurez lu le livre, vous comprendrez). Ce n'est pas l'histoire de Kaleb point, mais aussi l'histoire d'autres enfants paranormaux, d'autres adultes nés du mauvais côté.
Un roman qui nous met face à nous même, quels choix aurions-nous fait?
Pour Kaleb est si facile de basculer sans y prendre garde, de faire les mauvais choix poussé l'air de rien par des personnes tapies dans l'ombre qui tirent les ficelles d'un jeu macabre.
C'est une lecture très particulière mais loin d'être déplaisante. J'ai beaucoup aimé la noirceur de ce roman, le parti pris est audacieux et ça me plaît.
Cependant, pour moi il y a un bémol, je ne suis pas convaincue par le choix du don plutôt "caliente" d'une personne en particulier [que je ne cite pas car on ne le découvre que vers la fin et il est hors de question pour moi de gâcher votre lecture même si par ricochet ma chronique est trop énigmatique]. L'aspect charnel du roman ne me gêne pas spécialement mais poussé à cet extrême... même si on en devine le pourquoi très rapidement, mouais bof. Cela aurait pu être traité différemment sans pour autant enlever à la qualité du livre.
Je pense que c'est un livre qui ne peut laisser indifférent et dont on devrait beaucoup parler ces prochaines semaines.
S'il vous plaît respectez bien l'avertissement de l'éditeur: ce n'est pas pour les jeunes lecteurs même si ils sont très en avance, qu'ils connaissent tout sur tout. Oui, oui, je vous vois sourire mais même si nos enfants sont toujours les plus intelligents du monde, il faut quand même évoluer avec leur âge réel!!! Ils auront le temps de grandir et de lire ce livre quand ils auront l'âge requis. (Loin de moi l'idée de jouer les moralisatrices mais je voulais juste donner mon point de vue^^)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire