lundi 8 avril 2013

Le tamanoir hanté d'Alice de Poncheville

SORTIE PRÉVUE LE 19 AVRIL 2013
A VOS AGENDAS!!!
 
 

Éditeur : École des Loisirs (L')
Collection : Mouche
ISBN : 978-2-211-21231-1
Pages: 96
Prix: 8.90€

Note: 5/5 UN PUR BONHEUR!!!

Quatrième de couverture:

Quand les animaux mènent l’enquête. Les habitants de la forêt de Forêveuse sont inquiets. Toutes les nuits, de terribles cris les empêchent de dormir. Comme si cela ne suffisait pas, les fourmis se déchaînent et piquent à tout va. C’est donc dévorés par les fourmis, épuisés et fourbus que les animaux décident de mener l’enquête et vite !


Qu'il est bon de rire aux éclats...

Quel bonheur de retrouver la plume d'Alice de Poncheville*! C'est une auteure qui sait se renouveler pour toujours mieux nous surprendre.
Ici, elle nous emmène au cœur d'une forêt (au doux nom prometteur de Forêveuse) à la rencontre de surprenants animaux terrifiés par des bruits inquiétants qui les empêchent de dormir et les contraignent à mener une enquête.
Ainsi Sourigolote, Hermine-de-rien, Loubliette ou encore Pivert-derage vont devoir affronter leurs peurs pour enfin retrouver le sommeil. Mais qu'est-ce qui est à l'origine de ces bruits... terrifiants?
 
Si cette collection, et donc ce livre, s'adresse à des lecteurs débutants, je vous recommande de le lire avec votre enfant car c'est une histoire qui ne manquera pas de chatouiller vos zygomatiques d'adultes. Pour ma part, j'ai beaucoup ri de cette douce folie qui s'est emparée d'Alice de Poncheville. Les noms des différents animaux sont géniaux, l'histoire est très sympathique, la chute complètement inattendue.
C'est un texte idéal pour la lecture à voix haute, un vrai régal pour toute la famille!
A découvrir sans hésitation!
 
Un extrait (pour vous mettre l'eau à la bouche^^):
 
Depuis maintenant une semaine,à la tombée de la nuit, d'horribles cris résonnaient dans la forêt de Forêveuse. Effrayés, les animaux couraient se réfugier dans leurs tanières et se bouchaient les oreilles avec un bon morceau de mousse des bois. [...]
Les dix-huit souriceaux de Sourigolotte pleuraient et tremblaient. [...]Résultat, elle avait dormi quatre heures en sept jours. Elle était épuisée. Hermine-de-rien n'allait pas mieux, de grands cernes noirs salissaient sa belle fourrure blanche.
Quant à Furétourdi, il tournait en rond, l'air absent.
Les animaux ne savaient plus du tout où ils en étaient[...]
 
*Alice de Poncheville a reçu le prix de la Société des Gens de Lettres en 2004 pour son roman Je suis l'arbre qui cache la forêt, coll. Médium, éd. Ecole des Loisirs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire