mardi 11 août 2015

Réparer les vivants de Maylis de Kérangal

Date de parution :  13/05/2015 
Éditeur :  Gallimard (Éditions)  
Collection :  Folio 
ISBN :  978-2-07-046236-0 
EAN :  9782070462360 
Format : Poche
Présentation : Broché
Nb. de pages : 304 pages
Poids :  0.16 Kg 
Dimensions : 11,0 cm × 18,0 cm × 1,3 cm
Prix: 7.50€

Note: 3/5

Vous pouvez acheter ce roman en cliquant ICI

Quatrième de couverture:


«Le coeur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d'autres provinces, ils filaient vers d'autres corps.» Réparer les vivants est le roman d'une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d'accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le coeur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l'amour.

INFO +: Ce roman a reçu dix prix littéraires parmi lesquels le prix du Roman des étudiants France Culture - Télérama 2014, le Grand Prix RTL - Lire 2014, le prix des lecteurs L'Express - BFMTV 2014 et le prix Relay des Voyageurs 2014 avec Europe 1.

Un roman sensible sur un sujet délicat...

C'était osé d'écrire sur un sujet aussi particulier que le don d'organes. C'est à la fois intime, personnel et pourtant ô combien important.

J'ai longtemps hésité avant de me lancer dans cette lecture.
Bien entendu, je n'avais eu que d'excellents échos. Mais je ne sais pourquoi j'avais une retenue.

Je dois avouer que Maylis de Kérangal a su éviter les écueils tels la sensiblerie, l'excès dans les émotions. Elle pose les mots avec beaucoup de justesse. Lorsque cela devient trop difficile, elle change le point de vue, la vision des professionnels, des médecins, prend le relais de la mère et du père... dévastés. C'est habile et intelligent.

Simon était jeune, avait la vie devant lui. Un accident, une ceinture qui n'était pas attachée, et c'est la vue d'une famille qui bascule. Un diagnostic qui tombe, des décisions à prendre. tout va très vite.

D'un point de vue purement narratif, c'est extrêmement bien construit. Chaque personnage, chaque récit s'imbrique parfaitement dans une danse de gestes et de battements de cœurs. L'un s'arrête, l'autre bat. Le cœur comme passage de témoin, le cœur qui se brise, le cœur qui s'accélère, le temps qui semble suspendu, les minutes qui s'égrainent. Sons, sensations, douleurs, début d'un calvaire, deuil impossible, lumière au bout du tunnel. Les personnages défilent. Mouvement de balancier.
La mort d'abord, le souffle suspendu puis la vie à nouveau.

Pourtant, je n'ai pas réussi à rentrer complètement dans ce roman. Est-ce une sorte de protection? Où bien alors était-ce trop bien construit justement? Pour moi, cela manque un peu de débordement, de faille. Tout est trop abrupte, trop rapide par moment. Trop froid? peut-être un peu...  En fin de compte, je pense que c'est un roman nécessaire par son sujet (que l'on soit pour ou contre), un livre qui se lit facilement, qui n'en fait pas trop mais qui ne m'a pas autant touchée que je m'y attendais (ou que je m'y préparais, allez savoir si je n'en attendais pas trop justement suite aux nombreux prix et aux nombreux avis dithyrambiques qu'on en avait fait).

5 commentaires:

  1. 3/5, mais c'est une toute petite note ..... J'ai trouvé ce livre magistral, c'est mon gros coup de coeur de la rentrée 2014.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne pense pas que ce soit une lecture pour moi... Rien que le résumé, j'ai du mal^^' Avec les organes et tout, je ne supporte pas tellement =/

    RépondreSupprimer
  3. J'étais moi aussi passée à côté, la langue avait empêché l'émotion...

    RépondreSupprimer