mercredi 24 février 2016

L'hiver dans la bouche de Frédérique Clémençon

Date de parution : 06/01/2016
Éditeur : Flammarion
ISBN : 978-2-08-134817-2
EAN : 9782081348172
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 166 pages
Poids : 0.21 Kg
Dimensions : 13,6 cm × 21,0 cm × 1,4 cm
Prix: 17€
 
Note: 4/5
 
Quatrième de couverture:
 
"Tu sais, je crois que tu devrais changer ta manière de t'habiller. " Ce reproche, aussi cruel que banal, c'est Antoine qui le fait à Jeanne, sa femme. S'ensuit une courte conversation qui met fin à dix-huit années de mariage. Deux ans plus tard, Jeanne s'envole pour New York. Un voyage qu'elle espère salutaire. En quête des preuves d'un amour désavoué dont il ne reste peut-être plus rien, elle remonte le temps, jusqu'aux premières années d'une enfance peu aimable.
De son écriture inspirée, Frédérique Clémençon ausculte nos sentiments, malmenés par le temps et le poids de la vie matérielle. Existe-t-il vraiment une "vie commune" ?
 
Tout commence par un reproche.
Certains le trouveraient banal mais pour Jeanne c'est la douche froide. Elle y perçoit les prémices d'une future rupture. Et immanquablement, les évènements qui vont suivre vont lui donner raison.
Après dix-huit ans de mariage, il faut trouver la force de tourner la page et d'avancer. Jeanne décide de partir à New York. Sorte de pèlerinage de sa vie de femme, elle mélange dans son récit son passé et sa situation actuelle. Le lecteur découvre qu'Antoine a une place particulière, avec lui c'était différent. Le perdre c'est se perdre aussi. Comment remonter la pente? Comment se réinventer?
 
Un roman fébrile et touchant.
Un roman tout en délicatesse et en esquisses fines. Tel un tableau, par petites touches, Frédérique Clémençon peint le portrait d'une vie de femme. Un texte qui va et vient au rythme des souvenirs de Jeanne, de façon décousue et déroutante. Le lecteur est dans le même état d'esprit que Jeanne, un peu perdu et perplexe sur la façon dont Jeanne va gérer la suite.
Une belle lecture, intime et bouleversante.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire