A nous regarder, ils s'habitueront d'Elsa Flageul

Date de parution : 03/01/2019
Éditeur : Julliard
ISBN : 978-2-260-03220-5
EAN : 9782260032205
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 183 pages
Poids : 0.242 Kg
Dimensions : 13,3 cm × 20,8 cm × 1,7 cm
Prix: 18.50€

Note: 14/20

Résumé:

" Ils sonnent à l'interphone, s'annoncent, entrent, ouvrent leur casier fermé à clef, y déposent leurs sacs, leurs manteaux, se lavent soigneusement les mains au savon, pendant plusieurs secondes, chacun leur tour, sans parler, sèchent leurs mains avec du papier puis les passent sous une pompe géante de solution hydro-alcoolique, se les frictionnent longtemps, sèchent leurs mains avec du papier, enfilent chacun une blouse jaune transparente, Vincent attache celle d'Alice dans le dos, Alice attache celle de Vincent. Ils ouvrent la porte qui sépare César du reste du monde. Chaque matin, après avoir accompli tout cela, Alice met la main sur la poignée de la porte, chaque matin elle prend une grande inspiration, ferme les yeux et dit tout bas : j'espère que la nuit s'est bien passée. Chaque matin. En réalité chaque matin elle se demande : mon bébé est-il mort ? "

Alice est enceinte de 7 mois. Normalement, elle a encore un peu de temps pour préparer l'arrivée de son bébé mais la nature en a décidé autrement. Alice a perdu les eaux, elle se rend d'urgence à l'hôpital à bord d'un taxi. L'angoisse commence.
Vincent la rejoint rapidement. Le petit arrive. Ils sont trois. Il s'appellera César.
Pas le temps de réfléchir.
Voilà, ils sont parents.
C'est un "bébé dragon", il est si petit, si fragile, et toutes ces machines autour de lui, Alice et Vincent font face chacun à leur manière...
Mais l'épée de Damoclès est au dessus-de ce berceau: César aura-t-il la force? Alice et Vincent arriveront-ils à surmonter cette épreuve?

Un roman assez surprenant.
J'appréhendais la lecture de ce roman, j'avoue que j'avais un peu peur du sujet. Je redoutais certains écueils, certaines facilités, certains clichés bref, je trouvais que c'était (pardonnez-moi l'expression) assez "casse-gueule".
Malgré tout, je me lançais dans ma lecture. J'ai bien aimé ce que j'y ai trouvé. Loin de présenter des parents parfaits, une mère courage, l'auteure présente une famille très "humaine". Alice qui aurait pu être un personnage lisse, parce que dans le contrôle, bascule dans l'imprévu et change, se métamorphose. Au lieu d'être "toute puissante", elle doute, se pose des questions légitimes qui ne sont pas forcément avouables mais que les femmes se posent sans vraiment l'avouer. Le lien avec cet enfant né trop tôt, l'apparence de ce tout petit vraiment "tout petit". il faut faire le deuil de l'enfant parfait, potelé, celui que l'on se prépare à accueillir. Il faut faire face à cet imprévu, à ce petit être étonnant à la fois fragile et plus puissant qu'il n'y paraît. Il faut faire chacun à sa façon, avec ses imperfections, le cheminement qui conduit à l'établissement d'une famille. Il faut affronter les regards, apprendre à en faire abstraction, à accepter aussi.
Il y a tout cela et bien plus encore dans ce roman.
Il y a un homme et une femme avec un enfant. La question du couple, de la place de chacun dans cette famille naissante, de la culpabilité, du corps, des sentiments, y sont abordés.
Finalement, pas si simple et plus complexe que prévu ce roman, non?

Commentaires

  1. Je ne connais pas, mais ce n'est pas le genre de lecture que j'apprécierai je pense. Pour cause : le sujet et Alice dont j'aurai dû mal à m'y attacher à en lire ta chronique.
    Bon après-midi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sujet en effet est assez particulier et ne peut pas toucher tous les publics. Je comprends ton opinion^^. Bonne journée

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

im@mie de Susie Morgenstern

C'est l'heure du bilan #1: 2018

40 défis pour protéger la planète de Sophie Frys, Cynthia Thiéry