mardi 12 juillet 2011

Rose-Aimée tome 2: Le marin perdu dans la brume de Béatrice Bottet

Quatrième de couverture:

Mai 1853, La Villette.
- Tu es triste ? - Ça fait juste un an aujourd'hui, répondit Rose-Aimée d'une voix désespérée. Une année si longue, un cauchemar d'attente et de déception. La soirée aux Trois anges était finie, elle aurait dû rentrer au couvent... - Je ne peux pas croire qu'il m'ait oubliée. Il m'a juré qu'il reviendrait toujours. Rose-Aimée serra convulsivement le médaillon qu'elle portait au cou, avec son petit bateau porteur d'un espoir ténu.
Janvier 1853, Cap Horn. - Il y a une éclaircie, capitaine, il faut y aller... Vous allez perdre beaucoup d'argent si on attend... - Allez-y, décida le capitaine. Donnez vos instructions, monsieur le bosco. Martial Belleroche se mit à bramer des ordres avec ce qu'il lui restait de voix après s'être longuement époumoné dans son sifflet. Il les fit foncer dans le coeur de la tempête. Le maelström les enveloppa, ils étaient aveuglés par la pluie et le brouillard, naviguaient à l'instinct dans les hurlements assourdissants d'un vent impitoyable.
Un beau roman d'aventure et d'amour entre le paris populaire de 1850 et la Californie de la ruée vers l'or.
      

Une histoire d'amour où la patience est reine!

Enfin ce tome 2 tant attendu! Comme le premier volet, je l'ai dégusté, savouré, de la première à la dernière page.
Béatrice Bottet joue merveilleusement avec nos nerfs. Nos héros sont doucement torturés du débuts à la fin. Rien ne leur sera épargné: violence, emprisonnement, angoisse, inquiétude. De terribles épreuves attendent Martial et Rose-Aimée, les amants maudits.
Dans ce second opus, Martial va montrer de nouvelles facettes de sa personnalité: il se révèle plus animal, plus torturé que jamais. Quant à Rose-Aimée, elle est plus femme et plus forte. Elle se révèle plus complexe moins naïve que dans le premier tome. Le voyage pour être enfin réuni va être long très long, trop long. La tentation, les mauvaises pensées s'emparent de nos héros, ils sont désespérément humains. Pourront-ils s'unir un jour ou la vie les séparera à jamais? Les personnages secondaires sont tout aussi excellents mais je ne veux pas trop en dire de peur de gâcher votre lecture.

J'admire le travail de Béatrice Bottet qui arrive à recréer l'atmosphère du XIXème siècle dans ce qu'il a de plus sale, violent et passionnant. Tout y est: entrer dans ce roman c'est sentir, entendre, vivre comme à l'époque. C'est une lecture très documentée, très littéraire qui conviendra aussi bien à des adultes qu'à des adolescents avertis. La langue est également travaillée dans les moindre détails. C'est brillant!

Merci à Mathilde et aux éditions Matagot/Nouvel-Angle pour cetet découverte enrichissante!

2 commentaires:

  1. Fini il y a peu! J'ai beaucoup aimé! Mais le personnage de Martial m'a déçue! Je dirais tout ça dans mon billet! Bon c'est pas tout mais comme j'avais adoré Le liseur, j'ai hâte de lire ton billet!

    RépondreSupprimer
  2. Déjà noté et très tentée mais je voudrais lire les 2 tomes à la suite et en les empruntant à la biblio, cela ne va pas être facile d'organiser ça :)

    RépondreSupprimer