lundi 7 janvier 2013

Ce qui compte dans le premier baiser de Thierry Lefèvre

Date de parution : 23/03/06
Éditeur : Gulf Stream
Collecion: Les romans bleus
ISBN : 2-909421-47-3
Nb. de pages : 91 pages
Prix:6.50€

Note: 5/5 COUP DE COEUR!!!

Quatrième de couverture:

Ce qui compte dans le premier baiser, c'est la langue. Et c'est bien ça le problème. La langue, comment ? Dans quel sens ? A quelle vitesse ? Qui commence ? Qui doit embrasser le premier ? Le garçon ou la fille ? La langue, jusqu'où ? Nicolas m'avait dit : " Jusqu'aux amygdales, tu dois lui chatouiller les amygdales."
 
Enfin un roman qui, avec humour, ose faire le tour de la question fondamentale du premier baiser.
 
Plus qu'un roman, une pépite!
 
Ce qui compte dans le premier baiser est un roman formidable! Le lecteur suit les questionnements d'un jeune garçon sur le premier baiser et vit avec lui tous les doutes, les peurs que cette étape clé implique dans la vie d'un adolescent.
Je n'avais jamais lu de roman aussi juste, aussi poétique sur le sujet pour cette tranche d'âge!
Thierry Lefèvre aborde la question du premier baiser avec tendresse, émotion, humour mais surtout avec la plus grande attention. A aucun moment, le lecteur a envie de se moquer du protagoniste. Au contraire, nous sommes aussi fébriles que lui.
Plus qu'une question sur les "pourquoi" et les "comment" du premier baiser, l'auteur retransmet avec franchise, sans aucun voyeurisme, toute l'importance que revêt pour un garçon ce "palier", cette "épreuve".
J'aime que ce soit un garçon qui parle de ses craintes, chacun des battements de son cœur est palpable. Avec lui, on vit, on doute, on redoute, on attend.
Il n'y a rien de trop dans ce roman. Tout y est subtil et tellement vrai, sincère, authentique.
Quelle écriture! Chaque mot, chaque chapitre est porteur de sens. Le baiser en tant que tel n'est que la finalité de tout un long cheminement beaucoup plus profond. La question est plus sur la peur de l'inconnu: l'inconnu qui attire et effraie à la fois. Comment s'y prendre pour bien faire? Ce premier pas peut se révéler déterminant! Qui pour apporter des réponses?
C'est une lecture qui m'a beaucoup touchée et qui devrait convenir parfaitement à des lecteurs de 10/14 ans filles comme garçons.
 
[EXTRAIT p.11]:
 
Quant aux filles, les questions que j'aurais pu me poser à leur propos étaient mélangées en une sorte de brouillard que je n'avais pas encore envie de déchirer.
Les filles, j'en tombais tout simplement amoureux.
Les filles du collège, les filles du quartier pavillonnaire où jhabitais, dans un village au sud de la ville: toutes les filles. Il suffisait qu'elles passent devant mes yeux, qu'elles me sourient ou qu'elles m'ignorent, qu'elles rient, haussent les épaules ou se retournent. [...]
Et puis il y avait eu les vacances de Pâques...[...]
Julie, dont j'étais tombé amoureux un matin. Comme ça, sans que je m'y attende."


1 commentaire:

  1. Oh oui, j'avais adoré ce roman...! Mais la couverture était bien plus belle que celle là, plus sobre, moins enfantine... Un bon souvenir en tous cas !

    RépondreSupprimer