jeudi 9 août 2018

Lettre aux bourreaux de ma sœur de Gwladys Constant

Date de parution : 31/05/2018
Éditeur : Oskar
Collection : Les romans de la colère
ISBN : 979-10-214-0618-6
EAN : 9791021406186
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 60 pages
Poids : 0.076 Kg
Dimensions : 11,7 cm × 18,5 cm × 0,5 cm
Prix: 7€

Note: 15/20

Quatrième de couverture:

Comment continuer à vivre quand on est mère, père, sœur ou frère d'un adolescent en détresse qui choisit de mettre fin à son enfer en se donnant la mort ? Rose parle de la souffrance qui la ronge. Sa petite sœur, Iris, est décédée. Harcelée au collège et sur les réseaux sociaux, elle a mis fin à ses jours. Pour se venger, Rose a décidé d'écrire aux bourreaux d'Iris en utilisant les mêmes armes qu'eux : les mots...

Iris était victime de harcèlement de la part de certains de ses "camarades" de classe. La pression, les insultes, les moqueries incessantes l'ont poussée à commettre l'irréparable, laissant derrière elle, une famille meurtrie, inconsolable. Sa grande sœur n'arrive pas à s'en remettre, elle ne peut pas faire son deuil, elle ne peut pas laisser les bourreaux de son Iris impunis. Elle décide alors de devenir leur pire cauchemar, son arme: les mots. Elle ne lâchera pas

C'est le deuxième roman que je lis de cette auteure (vous pouvez lire la chronique de De si beaux cheveux). Une fois encore, Gwladys Constant aborde un sujet "coup de poing", très dur: celui du suicide d'une adolescente harcelée au collège. Malheureusement c'est un sujet dont il faut parler parce que le harcèlement scolaire (ou autre) ne doit pas rester impuni, il faut que les victimes libèrent leur parole. Parler n'est pas se positionner en victime mais au contraire, c'est faire preuve de force parce que l'on sort de l'ombre et l'on n'est plus seul. Les victimes de harcèlement étouffent, s'isolent, ont tendance à se replier sur elles-mêmes. Parfois, lorsque l'on commence à en percevoir les signes, il est presque trop tard.
Je travaille avec des adolescents, les années ont beau passer, la société soit disant évoluer, certains jeunes "différents" ou catalogués comme tels se prennent des remarquent parfois insoutenables, des coups derrière la tête etc. Ce ne sont pas des jeux, rien ne justifie de s'en prendre à un autre. Pour autant, ceux qui sont au centre de ces actes ne veulent pas passer pour des faibles, des balances ou des chouineurs. Alors, ils préfèrent faire semblant de gérer, que cela ne les touchent pas. Il faut que la parole se libère, qu'ils reprennent le contrôle. Les livres comme ce roman peuvent permettre de débattre sur ces questions. Il est important d'entourer et de soutenir les enfants ou adolescents qui subissent ces brimades. 
Je vous recommande ce roman à lire en plus de l'excellent Six contre un de Cécile Alix chroniqué ICI.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire