vendredi 26 février 2016

Agatha Christie, le chapitre disparu de Brigitte Kernel

Date de parution : 13/01/2016
Éditeur : Flammarion
ISBN : 978-2-08-136562-9
EAN : 9782081365629
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 263 pages
Poids : 0.262 Kg
Dimensions : 13,5 cm × 21,0 cm × 1,8 cm
Prix: 18€
 
Note: 4/5
 
Quatrième de couverture:
 
"Voilà, le livre est fini. J'ai posé le point final. Le titre : Une autobiographie. Je ne me sens pas très à l'aise. Mon éditeur va s'en rendre compte... Des pages manquent : ma disparition à l'hiver 1926. Pourtant, j'ai bien écrit ce chapitre. Des pages et des pages, presque un livre entier. Mon secret. Ma vie privée. Une semaine et demie qui n'appartient qu'à moi." C'est une histoire vraie. Un mystère jamais totalement élucidé.
Une zone d'ombre qui demeure dans la vie d'Agatha Christie. Pourquoi et comment la reine du crime s'est-elle volatilisée dans la nature durant l'hiver 1926 ? Qu'a-t-elle fait pendant ces onze journées ? Pourquoi toute la presse a-t-elle cru qu'elle avait été kidnappée ou assassinée ? Dans ce roman passionnant, Brigitte Kernel se glisse dans la peau d'Agatha Christie pour reconstituer cette étrange disparition.
Une histoire d'amour, de vengeance et de trahison.
 
Une belle façon de rendre hommage à Agatha Christie pour les 40 ans de sa disparition.
 
Si Agatha Christie était connue pour être la Reine du Crime à travers nombre de romans incontournables, il reste une partie de sa vie qui est restée dans l'ombre.
C'est Agatha Christie qui rend la plume et se raconte.
Elle vient d'apprendre que son mari la quitte et c'est insurmontable pour elle qui vient de perdre sa mère peu de temps auparavant.
Elle décide alors de mettre en scène sa disparition, de façon catégorique tout d'abord puis, les choses ne se passant pas comme prévu, de façon improvisée...
Nous découvrons alors le côté facétieux de l'auteure, sa sensibilité et tout l'amour qu'elle porte à son mari volage.
 
Quelle lecture surprenante et rafraîchissante!
C'est une lecture drôle et détonante que nous propose Brigitte Kernel. J'ai beaucoup souri en lisant ce livre. C'est une lecture légère qui nous montre un aspect romantique et fragile d'Agatha Christie, cela m'a beaucoup plu. Agatha Christie n'hésite pas à se grimer, à prendre des initiatives surprenantes pour l'époque. C'est une femme amoureuse qui veut attirer l'attention de son mari mais surtout c'est une femme à fleur de peau... A découvrir!!!

mercredi 24 février 2016

L'hiver dans la bouche de Frédérique Clémençon

Date de parution : 06/01/2016
Éditeur : Flammarion
ISBN : 978-2-08-134817-2
EAN : 9782081348172
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 166 pages
Poids : 0.21 Kg
Dimensions : 13,6 cm × 21,0 cm × 1,4 cm
Prix: 17€
 
Note: 4/5
 
Quatrième de couverture:
 
"Tu sais, je crois que tu devrais changer ta manière de t'habiller. " Ce reproche, aussi cruel que banal, c'est Antoine qui le fait à Jeanne, sa femme. S'ensuit une courte conversation qui met fin à dix-huit années de mariage. Deux ans plus tard, Jeanne s'envole pour New York. Un voyage qu'elle espère salutaire. En quête des preuves d'un amour désavoué dont il ne reste peut-être plus rien, elle remonte le temps, jusqu'aux premières années d'une enfance peu aimable.
De son écriture inspirée, Frédérique Clémençon ausculte nos sentiments, malmenés par le temps et le poids de la vie matérielle. Existe-t-il vraiment une "vie commune" ?
 
Tout commence par un reproche.
Certains le trouveraient banal mais pour Jeanne c'est la douche froide. Elle y perçoit les prémices d'une future rupture. Et immanquablement, les évènements qui vont suivre vont lui donner raison.
Après dix-huit ans de mariage, il faut trouver la force de tourner la page et d'avancer. Jeanne décide de partir à New York. Sorte de pèlerinage de sa vie de femme, elle mélange dans son récit son passé et sa situation actuelle. Le lecteur découvre qu'Antoine a une place particulière, avec lui c'était différent. Le perdre c'est se perdre aussi. Comment remonter la pente? Comment se réinventer?
 
Un roman fébrile et touchant.
Un roman tout en délicatesse et en esquisses fines. Tel un tableau, par petites touches, Frédérique Clémençon peint le portrait d'une vie de femme. Un texte qui va et vient au rythme des souvenirs de Jeanne, de façon décousue et déroutante. Le lecteur est dans le même état d'esprit que Jeanne, un peu perdu et perplexe sur la façon dont Jeanne va gérer la suite.
Une belle lecture, intime et bouleversante.

lundi 22 février 2016

Apprendre à marcher aux enfants de Mikaël Ollivier

Date de parution : 14/01/2016
Éditeur : Le Passage
ISBN : 978-2-84742-323-5
EAN : 9782847423235
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 184 pages
Poids : 0.25 Kg
Dimensions : 14,3 cm × 20,6 cm × 1,6 cm
Prix: 17€
 
Note: 5/5 J'ADORE!!!
 
Quatrième de couverture:
 
" Quelques mois seulement après la naissance de mon aînée, l'image fantomatique - et désagréable - de mon futur gendre m'est apparue mentalement. J'ai aussitôt imaginé l'histoire d'un homme qui peine à trouver le sommeil quand, pour la première fois, sa fille passe la nuit à la maison dans le même lit que son amoureux. Ce n'est que dix-sept ans plus tard, quand ma fille atteignait l'âge de mon héroïne, que j'ai appuyé sur la touche du point final d'Apprendre à marcher aux enfants ! J'ai alors réalisé que la rédaction de ce livre m'avait accompagné tout au long de ces années à la fois pleines et furtives qui m'avaient vu traverser les affres et les joies de la paternité.
Carnet de bord déguisé d'un papa ? Journal intime caché derrière la fiction ?... Ce livre est plein de pères qui sont tous un peu moi. Il est plus que temps - avant que je devienne grand-père ? ! - que je cesse de l'écrire et de le réécrire. Puisque mes petits sont devenus grands, puisque mon propre père n'est plus de ce monde. Puisque que la littérature réserve si souvent aux seules mères le talent d'aimer les enfants.
" Avec Apprendre à marcher aux enfants, un recueil de quinze fictions à la fois sensibles et lucides, pleines d'humour et d'invention, Mikaël Ollivier nous livre quinze portraits de pères, quinze figures d'hommes d'aujourd'hui.
 
Je suis fan!!!
 
Quel talent a Mikaël Ollivier pour faire de situations du quotidien, d'histoires a priori ordinaires, des récits extraordinaires.
Quinze hommes, quinze pères, que l'arrivée de leurs enfants a bouleversés, que la paternité à transformés au point d'être plus père que mari ou amant. Ces hommes ont en commun l'amour indéfectible qu'ils portent à leur progéniture. Après leurs histoires se distinguent, il y a le père qui ne supporte pas l'absence de ses enfants, après un divorce houleux, et qui le fait payer au chien de sa nouvelle compagne; celui qui préfère supporter la routine avec sa femme plutôt que de tout envoyer valser et ne plus être aussi présent pour ses petits; ou cet autre encore qui n'a pas vu sa fille grandir et accueille avec beaucoup de ressentiment l'amoureux de cette dernière. Et que dire de ce père qui se souvient de la naissance de la prunelle de ses yeux? Il y a ceux qui célèbrent, ceux qui pleurent leurs enfants, tous ces portraits d'hommes qui nous montrent qu'être père se porte dans les tripes et dans le cœur.
J'ai ri, pleuré, soupiré, rêvé avec ce livre. Je n'ai qu'un seul regret, qu'il n'y en ait pas eu plus!
 

dimanche 21 février 2016

Maligne de Noémie Caillault

Date de parution : 10/02/2016
Éditeur : Payot
ISBN : 978-2-228-91434-5
EAN : 9782228914345
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 96 pages
Poids : 0.115 Kg
Dimensions : 12,0 cm × 19,6 cm × 1,0 cm
 
Prix: 10€
 
Note: 5/5 Surprenant!
 
Ce qu'en dit l'éditeur:
 
"Une actrice merveilleuse, d'une vitalité inouïe. Cette toute jeune comédienne a écrit et joue un chef d’œuvre absolu" (Daniel Pennac). Quand on a 27 ans et qu'on apprend qu'on a une boule de 6 centimètres dans le sein gauche, forcément on a peur. Et puis on se bagarre. Et on pleure. Et on en rit... Mis en scène par Morgan Perez (avec les voix de Jeanne Arènes, Romane Bohringer, François Morel, Olivier Saladin, Dominique Valladié), joué à Paris et à Avignon (Off), ce récit n'est pas celui d'une "cancéreuse", mais le récit d'une étrange cohabitation : cohabitation de la vie incarnée, exultante, enthousiaste, et de la mort qui se tapit. Noémie Caillault raconte tout cela, avec ses mots, sa sincérité, sa fragilité. Et ses éclats de rire.
 
 
Une histoire surprenante, un témoignage plein d'humour et d'autodérision pour décrire un moment bouleversant de sa vie de jeune femme de 27 ans.
Comment accepter le mot "cancer" mais surtout comment y faire face et le combattre, Noémie Caillault à choisi le rire comme arme et désarme le lecteur qui rit presque tout le long du récit.
C'est bien fait, c'est juste ce qu'il faut, une lecture qui est très fraîche malgré un sujet qui effraie "sur le papier".
Bravo!
 
 
 

En attendant Bojangles d'Olivier Bourdeaut

Date de parution : 07/01/2016
Éditeur : Finitude Éditions
ISBN : 978-2-36339-063-9
EAN : 9782363390639
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 160 pages
Poids : 0.188 Kg           
Dimensions : 13,5 cm × 20,0 cm × 1,4 cm
Prix: 15.50€
 
Note: 5/5 COUP DE COEUR!!!
 
Quatrième de couverture:
 
Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur "Mr. Bojangles" de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis. Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c'est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C'est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l'appartement.
C'est elle qui n'a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères. Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte. L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.
 
Une véritable pépite!!!
 
C'est l'histoire d'un coup de foudre, un coup de folie, de folie pure mais surtout d'un amour fou.
Le narrateur est un enfant. Un jeune garçon candide et attachant, témoin de l'Amour incroyable que se portent mutuellement ses parents. Des parents qui vivent en marge du monde et qui ont fait le choix de vivre pleinement leur bonheur en dansant et organisant des fêtes sans fin dans leur appartement. La mère est sans cesse réinventée par le père qui lui donne chaque jour un nouveau prénom faisant fi de la routine. Le père l'entraîne sur la piste au son du Mr Bojangles de Nina Simone et ensemble, ils font de leur vie une musique sans cesse renouvelée.
Le petit garçon n'est pas exclu mais il a une vision différente de la vie, la normalité, il la réinvente pour l'école mais son quotidien est constamment bouleversé.
Un tableau idyllique qui peu à peu nous amène à penser que cette parenthèse enchantée pourrait prendre fin. Ce n'est pas Mlle Superfétatoire, l'oiseau de la famille qui vous dira le contraire.
 
Un roman magique, unique.
Poétique, émouvant tant par sa superbe écriture que par son histoire bouleversante. L'intelligence d'intercaler les écrits du père et le récit du fils, donne une profondeur et une puissance à ce qui se déroule sous nos yeux ébahis. C'est un premier roman qui est très prometteur quant à la suite de la carrière de l'auteur. Un texte assumé, maîtrisé, qui m'a touchée en plein cœur, un roman a offrir et à lire sans modération!!!
SUBLIME!!!