jeudi 16 août 2018

Ma mère est impossible d'Anne Fine

Date de parution : 16/05/2018
Editeur : Ecole des Loisirs (L')
Collection : Neuf poche
ISBN : 978-2-211-23601-0
EAN : 9782211236010
Format : Poche
Présentation : Broché
Nb. de pages : 160 pages
Poids : 0.164 Kg
Dimensions : 12,5 cm × 19,0 cm × 1,3 cm
Prix: 5.80€
RÉÉDITION (première parution en 2010)

Note: 14/20

Quatrième de couverture:

Ce n'est pas tous les jours facile d'avoir une mère qui accroche des pendentifs en forme d'araignées à ses oreilles, se teint les cheveux en bleu, se promène en bikini à paillettes et en pantalon bouffant à pois roses, et ne verrait aucun inconvénient à se rendre dans cette tenue à un rendez-vous avec votre directeur d'école. Ce n'est pas facile non plus d'avoir une mère qui passe ses journées à regarder des films à la télé, en mangeant des chips en compagnie de son petit ami, même si ce dernier a suffisamment bon caractère pour apprécier le surnom de Pourri de Malheur, que vous lui avez affectueusement donné. Pourtant, Minna l'héroïne de cette histoire, tient le coup. C'est elle qui pense aux visites chez le dentiste, à changer l'eau du poisson rouge, et à terminer toute seule ses devoirs. Ca ne veut d'ailleurs pas dire qu'elle ne s'amuse jamais. Et de toute façon, une maman, c'est toujours une maman!

Minna raconte son quotidien avec une maman... pas tout à fait comme les autres. Outre son look atypique, cette maman agit comme une adolescente et les responsabilités, très peu pour elle. Son nouveau compagnon que tous appellent élégamment Pourri de Malheur est un punk tendance grunge, gentil mais pas plus responsable. Minna doit donc prendre les choses en main et tout régenter à la maison, ce qui n'est pas facile pour une petite fille, d'autant qu'elle doit aussi veiller sur sa petite sœur qui n'est encore qu'un bébé. Bienvenue dans la vie complètement folle de Minna.

Un roman assez étonnant. Les rôles sont inversés, Minna doit faire preuve de maturité puisque sa mère a des préoccupations bien particulières. En tant que maman, j'ai tiqué plus d'une fois mais bon, c'est une fiction (heureusement). 
C'est une lecture facile, pas le meilleur d'Anne Fine mais l'on passe tout de même un sympathique moment de lecture.

mercredi 15 août 2018

Le Wonderling de Mira Bartók

Date de parution : 12/04/2018
Éditeur : Robert Laffont
Collection : R
ISBN : 978-2-221-19339-6
EAN : 9782221193396
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 505 pages
Poids : 0.51 Kg
Dimensions : 15,0 cm × 20,0 cm × 3,5 cm
Prix: 19.90€

Note: 17/20

Présentation de l'éditeur:

Vous êtes-vous déjà retrouvé avec une créature fraîchement orpheline sur les bras ou dont personne ne veut ? Nous avons la solution ! 

Bienvenue au Foyer pour Créatures Ingérables et Bâtardes, une institution dirigée par la redoutable Mlle Furonkle ! Cette femme méchante et acariâtre considère que ses jeunes pensionnaires qui vivent dans la peur n’existent que pour souffrir et la servir. Hybrides mi-animaux, mi-humains, ces pupilles travaillent comme des forçats à l’école autant qu’à l’usine et ont l’interdiction de se livrer à des activités d’enfants de leur âge, et surtout de chanter ou de faire de la musique. Le Wonderling, sorte de renard à une oreille et au cœur pur et qu’on appelle Numéro 13 (d’après le médaillon avec lequel on l’a trouvé) à défaut de véritable prénom, n’a jamais connu d’autre maison. D’une timidité maladive, il prend pourtant la défense d’une jeune camarade oiseau, Babiole, qui va lui faire deux dons en retour : un vrai prénom – Arthur – … et une amitié indéfectible ! Tous deux vont parvenir à s’échapper du Foyer et vivre d’incroyables aventures au cours desquelles la formidable destinée d’Arthur va se révéler.

Numéro 13 vit dans un orphelinat pas comme les autres. Bienvenue au Foyer pour Créatures Ingérables et Bâtardes, comprenez un foyer où sont regroupés toutes les créatures dont personnes ne veut parce qu'elles sont trop différentes. Ajoutez à ce foyer, une directrice inflexible et acariâtre que tout le monde redoute: Mlle Furonkle. Avec elle, pas de place au jeu, ni à l'improvisation. Un seul maître à bord: elle. Le silence et la discrétion sont de mise. Que ces "déchets" se fassent oublier! Mais Numéro 13 est vraiment différent, non seulement par son physique atypique mais aussi par une aptitude singulière (que je ne vous révélerai pas^^) qu'il essaye de garder secrète. Très timide, très seul, malgré les brimades de certains de ses camarades, un jour, Numéro 13 ne peut s'empêcher de secourir un camarade oiseau en mauvaise posture, Babiole. C'est le début d'une belle amitié entre les deux, peut-être de la liberté mais aussi d'une surprenante aventure...

Tout d'abord avant même d'ouvrir ce roman, je suis tombée éperdument sous le charme de cette couverture que je trouve être une franche réussite et qui m'a directement interpellée.
Le contenu s'est révélé à la hauteur bien qu'un je-ne-sais-quoi m'a empêché de tomber complètement dedans (quelques longueurs peut-être?). J'ai beaucoup aimé les créatures hybrides, l'idée de l'orphelinat dirigé par cette atroce Mlle Furonkle et surtout le personnage principal, Numéro 13/ Arthur. Son amitié avec babiole est une vraie bouffée d'air frais dans un quotidien rigide et triste. J'ai adoré les quelques illustrations traditionnelles qui ponctuent l'ouvrage et qui donnent un peu côté suranné qui fait toujours mouche chez moi. 
L'atmosphère du roman n'est pas légère et l'auteure ne ménage pas ses personnages. L'atmosphère est très 19ème à la Dickens ou Hugo.  Plusieurs parties, 3 temps durant lesquels le personnage grandit, évolue. Rien n'est laissé au hasard. Tantôt roman initiatique, tantôt roman d'aventure, c'est en tout cas une lecture qui conviendra à toute la famille dès 12 ans.
Pas mal du tout! 

mardi 14 août 2018

La bataille du mange-doudous d'après l'album de Julien Béziat (Chronique en famille)

Date de parution : 04/04/2018
Éditeur : École des Loisirs (L')
Collection : Un jeu de l'École des Loisirs
ISBN : 3127020500345
EAN : 3127020500345
Présentation : Boîte
Poids : 0.392 Kg
Dimensions : 13,0 cm × 16,4 cm × 4,8 cm
Prix: 11.90€

Note de Jules: 20/20
Note de Paul: 18/20
Note de la maman: 18/20

Présentation de l'éditeur:

Le Mange-doudous arrive et il a très très faim ! Qui sauvera ses doudous de son appétit féroce ? Heureusement, vous pourrez toujours compter sur Berk pour vous aider. Un jeu de bataille pas comme les autres, alliant humour, chance et rapidité !

Vous pouvez découvrir la règle du jeu en cliquant ICI

Voici un jeu qui dépoussière la simple Bataille et qui anime un peu les choses avec des jetons "doudous" et un Mange-doudou que mes enfants connaissent puisque nous avons l'album Le mange-doudous (chroniqué ICI).
Avant de vous relayer les avis des enfants, je tiens à souligner que l'idée de créer des jeux à partir des albums préférés des enfants est une excellente idée qui plaît aux grands comme aux petits. De plus, le prix est plutôt raisonnable, le format idéal pour emmener partout et l'ensemble de très bonne qualité.
Ce jeu s'adresse aux enfants à partir de 4 ans. Mes loulous ont 7 et 10 ans et cela a très bien fonctionné. Les règles sont simples et par conséquent, les enfants ne mettent pas longtemps à les intégrer. C'est du pur jeu et donc? Du pur bonheur!

L'avis de Paul, 10 ans:

C'est un jeu pour tous les enfants. C'est facile à comprendre, j'ai expliqué les règles à mon petit frère et on a pu vite jouer. C'est drôle, j'aime bien l'idée du mange-doudous. Je trouve les dessins jolis comme dans l'album que maman nous lisait plus petits. Je recommande.

L'avis de Jules, 7 ans:

Moi j'adore les doudous. J'ai plein de peluches alors un jeu avec des peluches je trouve ça chouette. J'aime bien parce qu'avec Paul on rigole, il faut aller vite. Alors bon, j'ai triché un peu au début mais après non. J'aime bien aussi parce que ça ne dure pas trop longtemps et que j'ai vite compris les règles. C'est trop bien comme jeu.

lundi 13 août 2018

Les Larmes des Avalombres d'Alexandre Chardin

Date de parution : 12/06/2018
Éditeur : Magnard Jeunesse
Collection : Romans perles
ISBN : 978-2-210-96513-3
EAN : 9782210965133
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 302 pages
Poids : 0.388 Kg
Dimensions : 21,5 cm × 14,0 cm × 2,3 cm
Prix: 13.90€

Note: 20/20 COUP DE CŒUR!!!

Quatrième de couverture:

Gondour, ancien chevalier, fuit comme chaque année à l'approche de la nuit de Grand Sang, laissant son fils unique sous la protection de sa nourrice. L'enfant, Nandeau, poussé par la curiosité et lassé d'entendre son père traité de fou, décide de sortir en secret ce fameux soir pour percer les mystères de la nuit et ceux qui rongent depuis trop longtemps le cœur de son père. Mais, à marcher dans les pas de Gondour, ne risque-t-il pas lui aussi de se damner ? Seul Rubah, un renard sauvage aussi sage que spirituel, l'accompagnera tout au long de cette affolante aventure aux confins du monde. " Avec toi, partout et toujours, mon ami. L'amitié est parfois une malédiction ! "

Gondour semble devenu fou, un mal étrange le ronge et un jour, il s'enfuit de chez lui. Seulement son fils Nandeau l'intercepte avant son départ. Pourquoi ce départ précipité? Pourquoi partir loin de lui, l'abandonner? Un coup de folie?
De trop nombreuses questions se bousculent dans la bouche de l'enfant mais ne retiennent pas Gondour qui s'élance dans la nuit.
Nandeau se sent trahi, comme orphelin. Pourtant, à ses côtes, il a Noune, sa nourrice dévouée qui l'aime comme son propre fils et, il a Rubah, son ami renard qui partage tous ses secrets et ses jeux.
Ils essayent de raisonner Nandeau: ce n'est pas un abandon, les choses sont compliquées et plus complexes qu'il n'y paraît, c'est pour sa protection! Malgré tous les arguments avancés, Nandeau est en colère et veut des réponse. Pour les obtenir, il est prêt à braver tous les interdits et tous les dangers. Même lorsqu'il s'agit d'affronter le toxique et maléfique Tourkoul. Nandeau ne le sait pas encore mais il s'élance dans une quête dangereuse qui va bouleverser sa vie à tout jamais.

Un récit sublime, merveilleusement écrit et mené d'un bout à l'autre.
J'étais déjà conquise avec Le goût sucré de la peur (Chroniqué ICI) et je me suis délectée une fois de plus avec ce nouveau roman d'Alexandre Chardin. C'est une sorte de conte ou de fable, mêlée de chevalerie, une touche de magie, des animaux "enchantés" qui parle à l'enfant; ajoutez à cela une nourrice tout en douceur et en rondeurs, chaleureuse, aimante, rassurante et un méchant vraiment abominable. Nandeau est un gosse curieux et intrépide, touchant et tête brûlée comme beaucoup d'enfants. J'ai tout aimé, de cette atmosphère mystérieuse, parfois sombre, aux multiples rebondissements, en passant par tous les personnages. C'est un bonbon à lire! Je vous le recommande chaudement!!!

BONUS: Vous pouvez lire un extrait en CLIQUANT ICI

vendredi 10 août 2018

Les détectives du Yorkshire, tome 2: Rendez-vous avec le Mal de Julia Chapman

Date de parution : 14/06/2018
Éditeur : Robert Laffont
Collection : La Bête noire
ISBN : 978-2-221-21844-0
EAN : 9782221218440
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 408 pages
Poids : 0.34 Kg
Dimensions : 13,1 cm × 20,1 cm × 2,8 cm
Prix: 14.90€

Note: 18/20

Retrouvez la chronique du tome 1 en CLIQUANT ICI

Quatrième de couverture:

Quand Mme Shepherd vient voir Samson O’Brien à l’Agence de Recherche des Vallons, convaincue que quelqu’un essaie de la tuer, le détective privé pense avoir affaire à une vieille dame un peu sénile. Pourtant, après une série de curieux incidents à la maison de retraite de Fellside Court, il se demande s’il n’aurait pas dû prendre la chose un peu plus au sérieux… Alors que Noël approche, Samson se lance dans une enquête qui l’oblige à renouer avec les habitants de Bruncliffe, ceux-là mêmes qu’il a fuis une dizaine d’années auparavant et qui le traitent à présent comme un paria. Et qui mieux que la tempétueuse Delilah Metcalfe, propriétaire de l’Agence de Rencontre des Vallons, peut l’aider à regagner leur confiance ? Deuxième volet d’une série so british, Rendez-vous avec le mal est un polar drôle, plein de charme et au casting haut en couleur.

Après une entrée en matière plutôt mouvementée mais finalement couronnée de succès pour Samson O'Brien, voilà qu'une nouvelle affaire se présente à lui. Une dame de la maison de retraite, celle où vit également le père de Samson, pense que quelqu'un essaye de la tuer. Son histoire semble quelque peu tirée par les cheveux et le détective n'est pas complètement convaincu.
Pourtant, des événements tragiques et son flair de flic, le poussent à creuser davantage... bon et puis aussi cette délicieuse fouine de Delilah Metcalfe qui ne le laisse pas en paix cinq minutes et qui fourre son nez dans ses affaires, quand elle ne s'invite pas carrément dans son enquête!

Imaginez des morts suspectes, une équipe composée de retraités, d'une jeune femme déterminée, d'un ancien flic un peu bourru et d'un chien, vous obtiendrez un enquête à la fois haletante, drôle parfois et aux multiples rebondissements.

Un second opus plus que réussi. Je me suis régalée de bout en bout parce que je ne savais pas trop où tout cela allait nous mener, parce que le côté so british est plus que séduisant et qu'il est conduit par un duo qui a du chien. J'adore les différents personnages, leurs carapaces, leur fêlures, leur complémentarité. L'enquête a autant d'intérêt que les liens qui se tissent entre les protagonistes. Bref, un délice.
A découvrir d'URGENCE!!!

BONUS: Vous pouvez lire un extrait en CLIQUANT ICI

jeudi 9 août 2018

Lettre aux bourreaux de ma sœur de Gwladys Constant

Date de parution : 31/05/2018
Éditeur : Oskar
Collection : Les romans de la colère
ISBN : 979-10-214-0618-6
EAN : 9791021406186
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 60 pages
Poids : 0.076 Kg
Dimensions : 11,7 cm × 18,5 cm × 0,5 cm
Prix: 7€

Note: 15/20

Quatrième de couverture:

Comment continuer à vivre quand on est mère, père, sœur ou frère d'un adolescent en détresse qui choisit de mettre fin à son enfer en se donnant la mort ? Rose parle de la souffrance qui la ronge. Sa petite sœur, Iris, est décédée. Harcelée au collège et sur les réseaux sociaux, elle a mis fin à ses jours. Pour se venger, Rose a décidé d'écrire aux bourreaux d'Iris en utilisant les mêmes armes qu'eux : les mots...

Iris était victime de harcèlement de la part de certains de ses "camarades" de classe. La pression, les insultes, les moqueries incessantes l'ont poussée à commettre l'irréparable, laissant derrière elle, une famille meurtrie, inconsolable. Sa grande sœur n'arrive pas à s'en remettre, elle ne peut pas faire son deuil, elle ne peut pas laisser les bourreaux de son Iris impunis. Elle décide alors de devenir leur pire cauchemar, son arme: les mots. Elle ne lâchera pas

C'est le deuxième roman que je lis de cette auteure (vous pouvez lire la chronique de De si beaux cheveux). Une fois encore, Gwladys Constant aborde un sujet "coup de poing", très dur: celui du suicide d'une adolescente harcelée au collège. Malheureusement c'est un sujet dont il faut parler parce que le harcèlement scolaire (ou autre) ne doit pas rester impuni, il faut que les victimes libèrent leur parole. Parler n'est pas se positionner en victime mais au contraire, c'est faire preuve de force parce que l'on sort de l'ombre et l'on n'est plus seul. Les victimes de harcèlement étouffent, s'isolent, ont tendance à se replier sur elles-mêmes. Parfois, lorsque l'on commence à en percevoir les signes, il est presque trop tard.
Je travaille avec des adolescents, les années ont beau passer, la société soit disant évoluer, certains jeunes "différents" ou catalogués comme tels se prennent des remarquent parfois insoutenables, des coups derrière la tête etc. Ce ne sont pas des jeux, rien ne justifie de s'en prendre à un autre. Pour autant, ceux qui sont au centre de ces actes ne veulent pas passer pour des faibles, des balances ou des chouineurs. Alors, ils préfèrent faire semblant de gérer, que cela ne les touchent pas. Il faut que la parole se libère, qu'ils reprennent le contrôle. Les livres comme ce roman peuvent permettre de débattre sur ces questions. Il est important d'entourer et de soutenir les enfants ou adolescents qui subissent ces brimades. 
Je vous recommande ce roman à lire en plus de l'excellent Six contre un de Cécile Alix chroniqué ICI.

mercredi 8 août 2018

A la belle étoile d'Eric Sanvoisin

Date de parution : 21/06/2018
Éditeur : Le Muscadier
Collection : Rester vivant
ISBN : 979-10-96935-06-2
EAN : 9791096935062
Format : Poche
Présentation : Broché
Nb. de pages : 76 pages
Poids : 0.143 Kg
Dimensions : 14,0 cm × 19,0 cm × 0,8 cm
Prix: 9.50€

Note: 15/20

Quatrième de couverture:

Yaëlle a un grand frère handicapé, Pierrot. Un matin, elle lui propose de l’accompagner à l’école. Pierrot est ravi : ça fait tellement longtemps qu’il rêve d’aller à l’école des gens normaux. Mais quand on se moque de lui, il perd tous ses moyens. Alors, il fugue et s’égare dans la ville, où il rencontre la Dame, qui vit dans la rue et dans un château en carton.

Yaëlle a un grand frère différent. Un grand frère adulte mais qui dans sa tête n'a que six ans. Pierrot ne passe pas inaperçu et il n'est pas facile pour la jeune fille de l'assumer pleinement malgré l'amour qu'elle lui porte. 
Un jour pourtant, Yaëlle accepte que Pierrot l'accompagne à l'école. Mais ses amies posent trop de questions, mettent mal à l'aise Pierrot et finissent même par se moquer de lui. S'en est trop pour Pierrot qui est très sensible. Il s'enfuit, le  cœur meurtri. Il court, court, court jusqu'à ce qu'il se calme enfin, mais il est loin de chez lui et ne reconnaît pas les rues. C'est là qu'il va faire la connaissance de la Dame. Cette Dame vit dans un château en carton dans la rue. Mais qui est-elle vraiment? 
Pendant ce temps-là, Yaëlle est très inquiète pour son frère et est partie à sa recherche? Où peut-il bien être?

Un roman sensible et tendre sur la différence, le regard des autres, l'indigence, la vie et ses coups du sort. C'est assez bien écrit, les personnages sont attachants, surtout Pierrot et son doux regard sur la vie qui nous ouvre les yeux sur bien des choses. 
Ce n'est pas un roman drôle mais comme il est légèrement décalé, il permet de mettre en évidence les aspects âpres de la vie et met également en lumière les personnages que l'on aurait tendance à négliger. Pour que le regard ne se détourne plus et que le lecteur soit face à une autre réalité.
J'ai beaucoup aimé.

BONUS: Vous pouvez feuilleter ce roman en CLIQUANT ICI


mardi 7 août 2018

Follow me back tome 2 de A.V. Geiger

Date de parution : 07/06/2018
Éditeur : Robert Laffont
Collection : R
ISBN : 978-2-221-21622-4
EAN : 9782221216224
Format : Grand Format
Présentation : Broché
Nb. de pages : 333 pages
Poids : 0.405 Kg
Dimensions : 13,6 cm × 21,5 cm × 2,8 cm
Prix: 17.90€

Note: 18/20

Lire la chronique du TOME 1

Quatrième de couverture:

Personne ne sait ce qui est arrivé au prodige pop-rock Eric Thorn. Son compte Twitter ? Bloqué. Son portable ? Enterré dans la neige, l'écran brisé et maculé de sang. Tessa Hart, fangirl agoraphobe, connaît la vérité, mais elle a définitivement tourné la page. Plus question de toucher à son compte Twitter. En revanche, Snapchat... c'est beaucoup plus sûr, non ? Après avoir fait profil bas pendant des mois, Tessa sort de sa cachette, forcée d'affronter les fantômes de son passé...

Qu'est-il arrivé à Éric Thorn la superstar pop-rock? 
Pas de corps, mais un portable brisé et du sang.
Tessa? Envolée comme par enchantement.
Machination? Meurtre? 
Et si la fangirl agoraphobe avait bien caché son jeu? Pourquoi s'est-elle enfuie? Qu'a-t-elle fait? A-t-elle commis l'irréparable? 

On prend les mêmes ingrédients et on fournit une suite à la hauteur du premier opus.
Interrogatoires de police, flash back, la lumière qui se fait peu à peu, l'angoisse qui monte, les révélations, l'action qui s'accélère comme notre pouls. Voilà tout ce que j'aime, un récit qui va crescendo, qui sait quand se poser pour mieux nous embrouiller et mieux nous retourner l'esprit, nous malmener jusqu'au final. J'ai aimé le personnage de Tessa que l'on apprécie autant que l'on a envie de la secouer, j'ai aimé le mauvais personnage dont la folie n'a d'égale que l'intelligence et qui semble toujours avoir un coup d'avance. 
C'est une lecture pimentée et efficace qui tient ses promesses. Je ne suis pas loin du coup de cœur.

BONUS: Pour lire un extrait du livre CLIQUEZ ICI

lundi 6 août 2018

L'irrésistible histoire du Café Myrtille de Mary Simses

Date de parution : 07/06/2018
Éditeur : Nil (Éditions)
ISBN : 978-2-84111-938-7
EAN : 9782841119387
Présentation : Broché
Nb. de pages : 421 pages
Poids : 0.39 Kg
Dimensions : 13,2 cm × 20,5 cm × 3,0 cm
Prix: 21€

Note: 14/20

Quatrième de couverture:

Ellen Branford, ravissante avocate new-yorkaise, se doit d'exaucer le vœu qu'a formulé sa grand-mère avant de mourir : retrouver son amour de jeunesse et lui remettre sa dernière lettre. Ellen part sur la route, pour s'arrêter à Beacon, petite ville côtière du Maine. Alors qu'elle explore les lieux, elle manque de se noyer – une mésaventure qui fait d'elle une célébrité locale et la pousse littéralement dans les bras d'un certain Roy. Et tandis qu'elle lève le voile sur le passé de sa grand-mère et qu'elle poursuit sa quête, Ellen comprend qu'elle n'aura pas assez d'un séjour de vingt-quatre heures. Mais lorsque son fiancé vient jusqu'à Beacon à sa rescousse, la jeune femme doit repenser la vie qu'elle veut vraiment avoir... Une irrésistible comédie romantique qui prône les plaisirs d'une vie simple.

Ellen Brandford est une avocate qui travaille à New-York. Elle est jeune, brillante et promise à un bel avenir. Elle est fiancée et son avenir est tout tracé.
Pourtant, au décès de sa grand-mère, sa vie bascule. Pour exaucer le vœu de cette dernière, elle se rend à Beacon, une petite ville paumée, près du Maine. Elle doit remettre une lettre à un certain Roy. Sur place, Ellen va aller de déconvenue en déconvenue. Manquant même de se noyer, elle fait ainsi la connaissance d'un homme mystérieux. Ellen se laisse peu à peu séduire par Beacon, ses spécialités culinaires et... ses habitants. 
Tout semble réunit pour que la jeune femme reste plus de temps que prévu dans cette ville, promesse de découvertes et de révélations.

Un roman "feel-good" qui est idéal pour la détente en particulier pour les vacances.
Une romance, un secret de famille, la promesse d'une vie différente. Le cœur qui palpite, les papillons dans le ventre, l'estomac qui crie famine... euh, bon accordons à ce roman quelques gourmandises qui ne laissent pas de marbre. De l'amour et de la nourriture voici un combo qui fonctionne à merveille, qui à maintes et maintes fois fait ses preuves et en cela le roman tient ses promesses.
Vous devez être surpris par ma note, et bien, voyez-vous, c'est parce que j'avais déjà vu le téléfilm un après-midi pluvieux et j'ai plus été surprise de reconnaître l'histoire que par l'histoire elle-même. Du coup, la saveur n'était pas la même que si cela avait été une réelle découverte.
Malgré tout, en plus de sa couverture irrésistible, ce roman a bien des atouts pour plaire. J'aime l'idée du secret de la grand-mère, le fait que c'est dans la simplicité que se trouve le bonheur et que l'amour gagne toujours à la fin... Fleur bleue, moi? Complètement et vous savez quoi? J'assume!
A découvrir...