vendredi 29 mars 2013

Bienvenue chez les Tous-pareils d'Edwige Planchin illustré par Cédric Forest

Parution: janvier 2013*
Editeur: Fleur de Ville
ISBN: 978-29-19466-06-1
Prix: 11.90€

Note: 4/5

Quatrième de couverture:

Loin loin, loin, dans une autre galaxie, existent deux étranges planètes :
celle des Tous-pareils et celle des Tous-différents. Prune, Canari et Coquelicot, trois Tous-différents, s’ennuient. Ils font le pari un peu fou de partir sur une autre planète et atterrissent chez les Tous-pareils. Ils découvrent cette planète bien étrange et sèment la pagaille dans cet univers bien rangé !
Une histoire malicieuse et loufoque pour rire et réfléchir.
 
Une histoire différente, sur la tolérance...
 
Bienvenue chez les Tous-pareils, des bonshommes tous faits sur le même modèle, aimant les mêmes choses, mangeant les mêmes choses, n'ayant rien à raconter puisque tous pensent pareil. Ils vivent heureux dans cette harmonie et ne changeraient a priori rien à leur vie.
 
 
Non loin de là, sur une autre planète, vivent les Tous-différents où règne une toute autre atmosphère riche en couleurs, où les habitants sont tous différents: de l'accent à l'apparence physique en passant par le caractère. Sur cette planète, il y en a pour tous les goûts, c'est une planète très vivante!
 
 
Pourtant un jour, certains habitants décident de découvrir d'autres planètes et ils vont atterrir chez les Tous-pareils. Que va provoquer ce choc des "cultures"? Et si les Tous-pareils avaient des secrets bien gardés?
 
Une chouette histoire qui m'a beaucoup plu. J'ai trouvé la façon d'aborder les thèmes de la différence et de la tolérance plutôt originale. L'écriture d'Edwige Planchin est franche et engagée. Les illustrations s'adressent à des enfants de 7/8 ans, elles sont très "bande dessinée",  je les trouve très efficaces. À découvrir...
 




mercredi 27 mars 2013

Wiggins et la nuit de l'éclipse de Béatrice Nicodème

Date de parution : 15/03/12
Editeur : Gulf Stream
Collection : Courants noirs
ISBN : 978-2-35488-155-9
Nb. de pages : 258 pages
Prix: 13.90€

Note: 5/5 Juste top!

Quatrième de couverture:

Angleterre, 1894. Trois années ont passé depuis que Sherlock Holmes a disparu dans les chutes de Reichenbach après une lutte sans merci contre l'infâme Moriarty. Inconsolable, Wiggins est plus que jamais déterminé à se montrer digne du grand détective. Lorsqu'il est appelé au collège de Midhurst pour veiller sur le jeune Lowell Summerfield dont le père, un juge connu et redouté, a reçu des lettres de menaces, il voit là l'occasion de gagner enfin ses galons de détective-consultant.
À Midhurst, il découvre un monde surprenant qui vit replié sur lui-même. Derrière la façade austère, les règles strictes et le code de l'honneur, la violence rôde. La nuit, de mystérieuses réunions se tiennent dans la chapelle, et il arrive que des pas résonnent dans le grenier. Les grands, chargés de faire respecter la discipline par les plus jeunes, ont parfois une conception bien curieuse de l'autorité, et même les professeurs semblent avoir leurs petits secrets.
Que mystère Param le jeune Indien cherche-t-il à percer dans la bibliothèque ? De qui Ashley Lawrence a-t-il si peur ? Et pourquoi Sarah, la jeune fille qui travaille à la lingerie et dont Wiggins est tombé amoureux, est-elle aussi lunatique ? Les forces du mal sont à l'oeuvre. Et dans un tel panier de crabes où on ne peut faire confiance à personne, Wiggins parviendra-t-il à empêcher qu'il arrive malheur à Lowell Summerfield ?

Un excellent moment de lecture...

Envoyé en mission dans un prestigieux collège, Wiggins est chargé de protéger le fils d'un juge menacé d'enlèvement. Inconsolable depuis la perte de Sherloch Holmes, survenue trois ans plus tôt, Wiggins y voit là une opportunité de faire ses preuves et de mettre en application ce qu'il a apprs avec son mentor. Mais il est loin de se douter de ce qui l'attend et que cette mission va le mettre à rudes épreuves et ce à plus d'un titre...
 
Comme il s'agit d'une enquête, je ne peux pas trop en dévoiler sous peine de gâcher votre lecture mais sachez qu'il y a beaucoup de rebondissements dans ce livre où les apprences sont trompeuses et les secrets bien gardés.
Béatrice Nicodème a une écriture fluide, très prenante, intelligente et documentée: un vrai régal! Moi qui adore les enquêtes, l'Angleterre et Sherlock Holmes, j'ai vraiment apprécié le livre. L'éditeur a réalisé une présentation vraiment confortable avec une typographie agréable, des chapitres courts, la couverture est très belle... RIEN A REDIRE!
C'est une lecture qui va vite, qui surprend, l'intrigue est vraiment bien ficelée et le personnage de Wiggins juste excellent. 
 

lundi 25 mars 2013

Moi super Moi de Maureen Dor illustré par Valentine De Cort

Date de parution : 23/08/12
Éditeur : Les éditions Clochette
Collection : Les Zygomots
ISBN : 978-2-35450-230-0
Nb. de pages : 24 pages
Prix: 14.95€
Album+CD

Note: 4.5/5

Quatrième de couverture:

Victor rêve d'être magicien, footballeur, ou pilote d'avion, mais pense qu'il ne peut pas y arriver. Jusqu'au jour où il tombe malade. Sa maladie le fait se sentir bien plus exceptionnel qu'il ne l'aurait cru. Victor devient... Super Victor !
 
Parce que chaque enfant est unique...
 
Un chouette album qui devrait rassurer les enfants qui se trouvent trop ceci, trop cela ou pas assez ceci, pas assez cela, voir carrément quelconque. Parce que chaque enfant a un "truc" en plus, parce que chaque enfant est formidable, cet album permet de dire: "tu es unique et ça c'est classe!"
Victor lui se considère comme "transparent", c'est l'enfant du milieu, pas moche, pas beau non plus, intelligent juste ce qu'il faut.
 
 
Il se rêve pompier, footballeur de génie, rêve d'être un autre, un enfant incroyable et non pas simplement un enfant "normal".
 

Et puis un jour, sa vie bascule. Victor tombe gravement malade et alors là, le regard des autres change. Cette épreuve va lui révéler quelque chose d'insoupçonné en lui, qui va le rendre extraordinaire... Et si finalement, Victor s'était sous estimé?
 
J'ai vraiment beaucoup aimé cet album. Une fois de plus, je suis sous le charme des illustrations signées Valentine De Cort. Elles m'ont rappelé celles de Quentin Blake et sont vraiment efficaces à la fois drôles et tendres comme le texte.
C'est un album vraiment original qui m'a touchée par son thème. Victor est très attachant et finalement il se rend compte que lui aussi peut forcer l'admiration des autres, qu'il n'y a pas qu'une façon d'être un héros, bref que lui aussi est quelqu'un d'exceptionnel.
Mon petit Loup de 5 ans a adoré l'histoire et lui aussi est un super héros. On a bien dansé sur la chanson, bien chanté bref, on s'est bien amusés.
Un très belle collection, un CD de qualité, bravo!
 

vendredi 22 mars 2013

Les orphelines d'Abbey Road d'Audren

Date de parution : 27/09/12
Éditeur : Ecole des Loisirs (L')
ISBN : 978-2-211-20987-8
Nb. de pages : 281 pages
Prix: 14.80€

Note: 5/5

Quatrième de couverture:

L’orphelinat d’Abbey Road ne s’est pas toujours appelé ainsi. Son véritable nom, il vaut mieux ne pas le connaître. Il vaut mieux ne pas poser de questions, non plus, ni sur ce sujet ni sur aucun autre. Soeur Ethelred n’aime pas que les enfants posent des questions. Elle dit que Dieu apportera toutes les réponses. Ses réponses à elle, ce sont les punitions. Ce soir, comme chaque soir, les pensionnaires ont dit leur prière et soeur Ethelred a coupé l’électricité dans le dortoir.
Mais Joy ne peut pas dormir. Elle pense au souterrain que son amie Margarita a découvert sous l’abbatiale. Qu’y a-t-il au bout de ces couloirs qui sentent le soufre ? Pourquoi Prudence ne parle-t-elle plus depuis qu’elle les a visités seule ? De quoi a-t-elle si peur ? D’où vient cette étrange brûlure sur son bras ? Que cache le mince sourire de Lady Bartropp, la bienfaitrice de l’orphelinat ? Et pourquoi la petite Ginger chante-t-elle sans cesse une chanson en latin sans même s’en apercevoir ? Les réponses sont peut-être là, tout près, dans un autre monde.

J'aime...

C'est bien simple, dès que j'ai vu "Audren" sur la couverture, je n'ai pas pu résister et je me suis jetée à corps perdu dans cette lecture.
Dans quel monde allais-je donc atterrir cette fois-ci? Quelle folie, quel genre de personnage allais-je trouver?  Comme une enfant découvrant ses cadeaux au pied du sapin: comprenez ne tenant plus en place, excitée comme une puce et sautant dans tous les sens (cela sous les yeux amusés de mon mari, hem, bref bon passons), je me suis coupée du monde et j'ai plongé...
 
Un orphelinat tenu par des sœurs, des jeunes filles naïves, des biscuits, une bienfaitrice pleine de surprises, un passage souterrain, du mystère, un monde enchanté, un diable... J'étais prisonnière d'un autre monde d'un autre temps. J'ai retrouvé dans ce roman du classique: des ingrédients qui m'avaient bouleversée dans Jane Eyre, cette atmosphère d'une autre époque, une héroïne au début naïve qui peu à peu grandit sous nos yeux, un environnement mystique; du moderne aussi: un monde enchanté, des personnages fantasques...
Audren nous offre un joli méli-mélo d'émotions, de surprises. J'ai trouvé le personnage de Joy très chouette: la demoiselle du XIXème qui se retrouve projetée dans un monde plus contemporain en quelque sorte (enfin, c'est ce que j'ai ressenti). On ne sait pas à quelle époque ce situe ce livre mais il est le parfait équilibre de tout ce que j'aime.
Margarita Von Straten, treize ans, la plus âgée des orphelines, à la fois grande sœur et chef de file est à la fois fascinante et casse-pied à souhait; c'est par elle que le quotidien des autres "pensionnaires" se trouve bouleversé. En effet, c'est Margarita qui découvre un mystérieux souterrain élément déclencheur d'une "chasse" au diable... Mais qui a-t-il vraiment sous terre? Jusqu'où la curiosité de Margarita, Joy et les autres va-t-elle les conduire? Et si la réponse se trouvait... ailleurs?
 
Je suis passée par tant d'émotions dans ce livre! Je me suis délectée de chaque page, j'ai adoré les surprises que j'y ai trouvé, je me suis attachée à ces personnages, j'ai voyagé, je me suis R.E.G.A.L.E.E tout simplement! Cette écriture si particulière, cette folie, cette musicalité, Audren est mon gros coup de cœur parce que son univers me transporte à chaque fois. Parce que chaque livre n'est à chaque fois ni tout à fait le même ni tout à fait un autre (mais moi j'aime et je me comprends ^^)...
Une lecture que l'on peut apprécier dès 11 ans.




jeudi 21 mars 2013

Focus sur...: La collection Il était une fois (aux éditions Belize)

Vous l'avez sûrement remarqué, je suis absolument fan de la collection Il était une fois.
Comme je suis curieuse et que je tenais vraiment à mettre l'accent sur l'histoire de cette collection, j'ai demandé à Laurent Bègue, auteur mais surtout éditeur chez Belize, de nous en apprendre un peu plus sur sa genèse.
 
Place à l'interview:
 
 
Comment vous est venue l’idée de cette collection ?
A l’époque, j’étais éditeur de livres scolaires et universitaires. Je suis notamment l’éditeur d’une très bonne méthode d’apprentissage de la lecture (Colette Ouzilou), car pour lire, il faut bien apprendre...
Après la naissance de mes filles, j’ai découvert les livres pour enfant et la joie que la lecture procure aux enfants… Si les illustrations en général sont très belles, parfois j’étais déçu par les textes et les histoires… La création se faisant au détriment du contenu. Et quand on doit lire chaque soir une histoire à son enfant, à la fin on peut se lasser.
C’est à ce moment que j’ai décidé de créer cette collection et d’écrire les premiers titres. Tout commence comme un conte : « il était une fois… ». Je voulais raconter la vie de personnages célèbres ou historiques…pour les enfants, mais aussi pour les adultes. En leur faisant une lecture, on redécouvre ces personnages. Par exemple, les  travaux d’Hercule, on sait qu’ils sont douze, mais quels sont-ils ? Dans cette collection, on les retrouve, simplement, en quelques pages, l’hydre de Lerne, les écuries d’Augias nous redeviennent familiers    
 
Pourquoi avoir commencé par la mythologie ?
Je trouve que les personnages de la mythologie se prêtent bien à l’univers des enfants. Il y a des monstres, des déesses, des personnages héroïques. Et il y a toujours des leçons à tirer. L’histoire de Midas par exemple est intemporelle et en plus drôle.
 
 
Quelles sont vos contraintes d’écriture ?
Elles sont importantes. C’est en apparence simple, mais en fait très compliqué. Tout ce qui est dit doit être vrai, mais aussi il faut simplifier et romancer pour intéresser le jeune lecteur… Il faut que l’histoire prenne la forme d’un conte pour enfant… Et puis il faut scénariser chaque page (puisque il y a à chaque fois une page et une illustration)
Par contre je n’hésite pas à faire découvrir des expressions ou du vocabulaire nouveau. Les enfants apprennent vite et sont désireux de découvrir des mots nouveaux. Et puis ça permet à l’adulte de commenter, d’expliquer quand c’est nécessaire… La lecture n’est pas passive. Et on "lit" sur le visage de l’enfant son bonheur quand il découvre un mot nouveau. Si avec cette collection, ils utilisent un jour l’expression « fort comme Hercule » ou qu’ils se rappellent l’origine du mot « pactole » (Midas), j’en serais très heureux. Je trouve que les ouvrages pour la jeunesse sont aujourd’hui trop appauvris en vocabulaire, c’est dommage.
 
 
Quid de vos prochains projets ?
Des personnages fabuleux, Jeanne d’Arc, Platon viennent de paraître. Le premier montre les destin héroïque d’une jeune fille, le deuxième la vie d’une famille à l’époque de Platon, et la différence éducative entre les filles et les garçons…  Pour les prochains, je pense aussi à Charlemagne, Napoléon, Jules César, les Beatles…et bien d’autres encore. J’aurais toujours cette préoccupation de faire découvrir dans le plaisir et l'utilité de la lecture.
 
 
Un grand MERCI à Laurent Bègue pour avoir répondu à ces quelques questions.
J'espère que cela vous donnera encore plus envie de découvrir les titres de cette collection vraiment géniale.
 
Voir les chroniques suivantes:
 
 
 
 
 

mercredi 20 mars 2013

Kinsaku, le poète guerrier de Calouan

Date de parution : 02/03/13
Éditeur : Zoom éditions
Collection: Héros d'ailleurs
ISBN : 978-2-919934-83-6
Dimensions : 12,0 cm × 17,0 cm × 0,5 cm
Prix: 8.90€

Note: 4/5

Quatrième de couverture:

Kinsaku, dernier né d'une longue lignée de guerriers au service des seigneurs du Japon, parle très peu. Au point que ses camarades le surnomment Kinsa le muet. Il n'aime pas se battre non plus, au désespoir de son père qui s'obstine pourtant à lui faire prendre des cours de combat.
Kinsaku rêve d'autre chose, de poésie, des mots qui dansent et s'organisent dans sa tête mais ne parviennent pas à franchir ses lèvres...
Il devra apprendre à lutter, mais pour se faire enfin entendre.
 
Basho-Kinsaku Marsuo est l'un des pères fondateurs, au XVIIème siècle, des poèmes sous forme de haïku.


Voici un petit texte très tendre, très doux comme la couverture le laisse pressentir. Calouan, dans un texte très court (38 pages environ), nous présente un petit garçon attachant, Kinsaku qui se sent très malheureux à la simple idée de se battre. Il n'aime pas ça et s'enferme dans son mutisme pour ne pas avoir à décevoir son père. Kinsaku rêve de poésie, les mots s'imposent dans son esprit et vont lui donner la force de révéler qui il est vraiment. Mais Kinsaku est surtout un personnage très sensible qui va devoir lutter pour accomplir son destin. Son père arrivera-t-il à entendre sa souffrance et à accepter sa différence?
 
J'ai beaucoup aimé le texte de Calouan. Ses mots sont justes, jamais inutiles, efficaces comme des haïkus. Décidément cette collection est prometteuse. On voyage à travers les continents, les siècles et on découvre des personnages tous aussi différents que fascinants. A découvrir...


mardi 19 mars 2013

Pauvre Stupidon! de Maureen Dor illustré par Pélagie Lamenthe

Date de parution : 24/01/13
Éditeur : Clochette
Collection : Les ZYGOmots
ISBN : 979-10-91965-00-2
Nb. de pages : 24 pages
Dimensions : 22,0 cm × 22,0 cm × 1,0 cm
Prix: 14.20€
ALBUM +CD (inclus)
Note: 4/5

Quatrième de couverture:

Aujourd'hui, c'est le grand jour, le jour de la Saint-Valentin ! La famille Cupidon et les angelots descendent sur terre pour planter leurs flèches d'amour. Stupidon, très maladroit, s'est beaucoup entraîné pour l'occasion, même s'il n'a touché aucune cible. Pendant que papa et maman Cupidon vont dans les parcs et sur les plages, Stupidon, lui, file en direction du zoo, où sans le faire exprès, le petit ange touche un lion et une gazelle, un tigre et un gardien et plus tard un vieux monsieur et une toute jeune fille ! Mais pourquoi Stupidon rate-t-il toujours ses cibles ?

De jolies illustrations toutes douces...

Je connaissais Maureen Dor animatrice, chroniqueuse, actrice, la voici auteure pour la jeunesse ET éditrice d'une jolie maison d'édition baptisée "Clochette".
Alléchée par une couverture à croquer, je me lance dans la lecture de cet album plein de promesses.
je découvre alors un angelot tout mignon baptisé Stupidon. Ce pauvre petit chou fait l'objet de moqueries de ses "camarades" puisqu'il est incapable de toucher la moindre cible. Le jour de la St Valentin arrive et Stupidon se lance bravement...
 
 
... et va créer des couples improbables comme le loup et le mouton ou encore un lion et une gazelle. Simples maladresses ou bien choix volontaires? Toujours est-il que notre jeune ami met un peu de piment dans le monde, non?
 

Cependant Stupidon cache peut-être autre chose derrière ses mauvais résultats, quelle surprise nous réserve-t-il?
 
J'ai adoré les illustrations de cet album. Elles sont signées Pélagie Lamenthe et elles sont à la fois douces et tendres. Très fines, traditionnelles, elles accompagnent parfaitement le texte de Maureen Dor. Je suis très sensible à son univers et c'est un des gros points forts du livre!
Quant au texte, je l'ai trouvé assez original et j'ai particulièrement apprécié les couples formés par Stupidon. L'idée est bonne, c'est assez bien écrit; aussi je n'ai qu'une réserve: la fin. J'aurais souhaité que cela se termine autrement, que peut-être Stupidon ouvre la voie des possibles et que les autres s'inspirent de lui mais ce n'est pas le cas.

J'ai ensuite testé cet album avec mon fils aîné, 5 ans et nous avons passé un très bon moment, il a adoré l'histoire et surtout a trouvé très drôle le couple "gardien du zoo-tigre" et il s'est bien déhanché sur la chanson.
Car oui, autre gros point positif: le CD! Tout d'abord, il y a l'histoire lue puis, la chanson du livre puis la musique sans les paroles et enfin le texte lu mais avec des trous que l'enfants doit combler. Et là c'est une très très bonne idée. On n'est pas simplement dans le livre lu mais le CD apporte vraiment quelque chose. C'est bienvenu, c'est très agréable, j'aime beaucoup.
Si vous ne connaissez pas encore cette maison d'édition et bien, n'hésitez pas car de la poudre de fée a été parsemée sur son éditrice et Maureen Dor vous réserve de belles surprises en plus de proposer de belles histoires. Vous verrez que le site est très bien fait et chaque mois, vous pouvez découvrir gratuitement une histoire et il y a des coloriages pour les enfants aussi bref, on y court^^
A suivre...
 
 



lundi 18 mars 2013

100% goûters: recettes d'Anne Chiumino, illustrations Aki, stylisme et photographies de Sophie Mutterer

Date de parution : 04/10/12
Éditeur : Bayard Jeunesse
ISBN : 978-2-7470-3969-7
Présentation : Spiralé
Nb. de pages : 64 pages
Dimensions : 30,0 cm × 23,0 cm × 3,0 cm
Prix: 16.90€

Note: 5/5 GOURMAND A SOUHAIT...

Quatrième de couverture:

4 heures: c'est l'heure du goûter!
Le moment préféré des enfants et celui des parents qui se souvienne avec bonheur de leur enfance.
Voici plein de recettes sucrées pour se régaler: biscuits, petits et gros gâteaux, bonbons et douceurs, il y en a pour tous les goûts.
Indispensable pour les gourmands... petits et grands!
 
Moi je dis: MIAM!!!!!!!!!!!!!!!!
 
On souligne une fois de plus pour cette collection le côté pratique du livre: présentation en chevalet et on applaudit pour les feuilles plastifiées (avec les loulous c'est idéal^^, un petit coup d'éponge humide et hop ni vu ni connu).
 

Un livre intelligent qui présente les ustensiles et donne de bons conseils pour devenir un parfait petit cuisinier en 10 leçons (notons que c'est un petit garçon qui est dessiné car oui la cuisine n'est pas réservée qu'aux filles et moi qui ai deux petits garçons, je peux affirmer qu'ils adorent faire de la pâtisserie. Bref, je ferme cette parenthèse mais je tenais tout de même à souligner ce point^^).
 
 
Une présentation très claire, de superbes photos qui font saliver et des recettes toutes plus gourmandes les unes que les autres...
On se régale avec des goûters variés: carrot cake (miam), Roudoudou et sucettes (ahhh souvenirs) ou encore surprenants: gâteau camembert, saucisson au chocolat ou cornet de frites sucrées...
Bref, on en prend plein les yeux et les papilles et toute la famille se régale.


vendredi 15 mars 2013

Golda Meir, de bois et de feu de Nicolas Lefrançois

Date de parution : 02/03/13
Editeur : Zoom éditions
Collection: Héros d'ailleurs 
ISBN : 978-2-919934-85-0
Prix: 8.90€

Note: 5/5

Quatrième de couverture:

La jeune Golda, juive russe d'Ukraine, a débarqué dans le Middle West américain avec sa famille pour fuir la misère et les pogroms. Mais la vie dans le Wisconsin n'est guère plus reluisante que dans son pays natal. Son village est tyrannisé par un shérif alcoolique, raciste et violent.
Cependant, Golda parvient à se lier avec Samy Brown, un vieil ouvrier noir qui veille sur elle affectueusement.
Leur vie misérable pourrait être supportable, si le shérif n'avait juré leur perte.
 
Golda meir a participé à la création de l'état d'Iraël et en est devenue Premier Ministre de 1969 à 1974.
 
 
Une excellente collection!
 
Encore une bonne surprise avec ce nouveau titre. J'adore apprendre de nouvelles choses et découvrir le personnage de Golda Meir m'a beaucoup plu.
 
Nicolas Lefrançois a écrit un texte assez percutant. Avec beaucoup d'intelligence, il imagine un épisode marquant de l'adolescence de Golda Meir.
La jeune fille est âgée de treize ans mais loin de mener une pré-adolescence normale, Golda, après la sortie de l'école, doit garder la boutique de ses parents. Elle doit faire face à l'attitude très spéciale des autres habitants du village, surtout des hommes assez rustres qui se rendent quotidiennement au saloon situé en face de la boutique.
Comment réagir face à ces individus désinhibés par l'alcool? Heureusement Samy Brown, un vieil homme noir devenu son ami, veille sur elle. Mais de nombreux dangers la guètent. Le shérif, un homme violent et raciste pour qui seuls comptent ses chiens, a juré de chasser "ces étrangers" qui le dérange. Et il y a aussi le mystérieux monsieur Feldman qui porte un regard très particulier sur la jeune fille et qui devient... étrangement omniprésent. Qui est-il vraiment et que cherche-t-il à obtenir?
Le shérif parviendra-t-il à ses fins?
 
Un très bon petit livre pour une collection qui n'a pas fini de nous régaler. Le format est assez agréable et la typographie très confortable. A chaque titre un auteur différent, une écriture, une approche qui change: c'est très plaisant. Je suis séduite!
 


mercredi 13 mars 2013

Kaleb (saison 2) de Myra Eljundir

Date de parution : 28/02/13
Éditeur : Robert Laffont
Collection : R
ISBN : 978-2-221-12683-7
Nb. de pages : 312 pages
Prix: 17.50€

POUR PUBLIC AVERTI
(déconseillé aux moins de 15 ans)

Note: 3.5/5

Quatrième de couverture:

Le pouvoir... Tel est tout l'enjeu de cette nouvelle saison. Mais qui le détient vraiment ? Kaleb qui, depuis qu'on lui a fait ce mystérieux tatouage, se laisse envahir par le Mal et entraîne Abigail en enfer ? Ou bien Abigail qui s'est, malgré le danger, jetée corps et âme dans cette folle passion avec Kaleb et abdique chaque jour un peu plus d'elle-même pour une noirceur qui la fascine et la grise ? Lequel des deux amants a vraiment l'ascendant sur l'autre et le pousse à aller toujours plus loin ? Les apparences sont parfois trompeuses… Au final, ne sont-ils pas juste les pions d'une partie maléfique qui a débuté il y a bien longtemps, quand sont apparus les premiers Enfants du Volcan, et dont la finale se jouera maintenant, qu'ils le veuillent ou non ? Le deuxième tome d'une trilogie de sang et de ténèbres qui fera voyager les jeunes adultes dans les terres les plus reculées d'Islande et d'Irlande, et qui fera renaître des légendes oubliées, dont celle de l'elfe noir.

Un deuxième tome encore plus sombre que le premier (lire la chronique du tome 1)
Je réitère une fois de plus mon avertissement NE LE DONNEZ PAS A LIRE A UN JEUNE PUBLIC, si certaines scènes pouvaient heurter la sensibilité dans le premier tome, le second va encore plus loin.
Kaleb bascule encore davantage vers le Mal mais jusqu'à quel point? A-t-il atteint le point de non-retour?
Ce second opus se concentre encore plus sur Abigail. Les deux héros se rencontrent enfin et la tension sexuelle entre les deux devient insoutenable. Pour autant céderont-ils à leur attirance? S'ils devaient succomber qu'elles en seraient les conséquences?
Qui est vraiment Abigail? Est-elle sincère ou bien joue-t-elle un double jeu? Kaleb la suivra-t-elle jusqu'en enfer?
Un roman sombre, tendus où les révélations s'enchaînent, où le lecteur n'est pas au bout de ses surprises... jusqu'à la dernière ligne!
C'est une série qui me déroute. Je suis gênée par des nombreuses scènes car je trouve que cela va parfois un peu trop loin. J'ai parfois l'impression que le lecteur se fait voyeur et c'est dérangeant. Pourtant, c'est un roman que je n'ai pas réussi à poser. Le Mal est le véritable héros. Il n'y a pas de happy end ou de moment de répit. C'est un roman différent qui ne fait pas dans le sentimentalisme.
Les scènes de sexe sont assez crues, le vocabulaire sans concession. Il y a du sang, des scènes à la limite du supportable. Peut-être que c'est ce qui me dérange, ce genre d'éléments dans une collection destinée à des "young adult", je serais moins sur la réserve si c'était clairement estampillé "adulte", le fait que ce soit accessible à un public plus jeune bah ça me bloque. En tant qu'adulte je sais que je peux m'attendre à tout ou presque et j'y suis préparée mais là...
C'est pour cela que je suis encore sur la réserve. J'ai très envie de lire la suite, de connaître le dénouement car je suis curieuse de savoir si l'auteure osera terminer son livre dans la noirceur, dans le même état d'esprit que les deux premiers opus. Est-ce que pour la première fois, un livre qui donne la part belle au Mal fera triompher ce Mal?
A suivre...
NB: Une mention spéciale pour la couverture dont le toucher est proche de celui de la peau... troublant!

mardi 12 mars 2013

Lune mauve (tome 1: La disparue) de Marilou Aznar

Date de parution : 06/03/13
Éditeur : Casterman
ISBN : 978-2-203-06049-4
Nb. de pages : 415 pages
Prix: 15€

Note: 5/5 UN COUP DE COEUR!!!

Vous pouvez acheter ce livre sur Decitre

Quatrième de couverture:

A la veille de ses 16 ans, Séléné Savel voit sa vie changer brutalement de cap. Son père, un universitaire excentrique avec lequel elle vit seule en Bretagne depuis la disparition mystérieuse de sa mère Iris, six ans auparavant, l'envoie à Paris pour y entrer en seconde au prestigieux lycée Darcourt. Froidement accueillie par sa cousine Alexia qui règne sur l'établissement, pas en phase avec les codes de ce nouvel environnement très snob, la jeune fille désespère.
Elle ne trouve un certain réconfort que dans la compagnie de deux garçons très dissemblables : Thomas, un jeune musicien plein d'humour qui n'est manifestement pas insensible à son charme, et surtout Laszlo, bel étudiant trouble et ténébreux, dont elle va devenir passionnément amoureuse. Mais simultanément, Séléné voit son quotidien envahi par des visions étranges, des cauchemars, des événements troublants.
Amenée à enquêter sur le mystère de sa mère disparue, la jeune fille va peu à peu découvrir que celle-ci venait d'ailleurs, d'un mon de parallèle où une ancienne civilisation mésopotamienne s'est perpétuée, sous l'influence d'une lune intelligente adorée comme une divinité. Les événements dramatiques qui s'enchaînent à la faveur de cette série de découvertes vont bouleverser à tout jamais l'existence de Séléné.

Un premier tome vraiment convaincant...

Je suis vraiment totalement conquise par ce premier tome. Vous le savez ce genre de lecture me plaît beaucoup mais jamais à ce point. C'est la première fois depuis ces cinq dernières années au moins que je trouve une héroïne aussi "humaine", aussi complexe, aussi bien "écrite".
Séléné est une jeune fille qui passe par toutes les émotions, qui n'est pas la plus belle ni la plus intelligente ni la plus parfaite (comme j'ai tendance à beaucoup le reprocher dans d'autres romans young adult). Elle vit avec son père en Bretagne. Chez elle pas de nouvelles technologies que des livres. Sa mère a disparu brutalement, mystérieusement, six ans auparavant et doucement, Séléné essaye de vivre normalement.
Elle intègre un prestigieux lycée à Paris où se côtoie tout le gratin local, des fils et des filles de la haute société dont sa cousine la très adulée Alexia.
Son arrivée ne passe pas inaperçue et elle est aussitôt cataloguée comme une plouc et mise à l'écart. Heureusement, Séléné n'a pas sa langue dans sa poche et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle réussit à se faire deux amis Adrien et Nora, eux aussi mis sur la touche.
Très rapidement, des évènements étranges viennent perturber la jeune fille. Non seulement Séléné doit s'intégrer mais en plus elle va devoir se confronter à son passé. De surprenantes révélations vont bouleverser ses certitudes, ajoutez à cela le troublant Laszlo, le déstabilisant Thomas et un pendentif mystérieux et vous obtiendrez une trilogie plus que prometteuse...
 
C'est très bien écrit, rondement mené et surtout... ce premier tome pose bien, en prenant son temps, toutes les bases de l'intrigue et cela sans traîner en longueur. C'est un roman que j'ai dévoré, que j'ai adoré, qui m'a énormément plu. Je l'ai trouvé original. J'ai aimé que l'intrigue se passe dans notre monde, que seuls quelques éléments surnaturels se glissent dans cet opus. Comme ça on ne se perd pas, on avance au même rythme que Séléné. On partage ses émotions. J'ai adoré son caractère bien trempé, ses failles, sa différence. J'ai trouvé génial l'idée de l'auteure et j'ai trop envie de lire la suite. Et cerise sur le gâteau, les deux autres volumes ne se feront pas trop attendre (ÉNORME BON POINT POUR L'ÉDITEUR): le tome 2: L'héritière sortira en mai 2013 et le tome3: L'affranchie courant automne 2013. Moi je dis BRAVO!!! et vivement la suite...

lundi 11 mars 2013

Indira l'indépendante d'Ingrid Chabbert

Date de parution : 02/03/13
Éditeur : Zoom éditions
Collection: Héros d'ailleurs
ISBN : 978-2-919934-84-3
Dimensions : 12,0 cm × 17,0 cm × 1,0 cm
Nb. de pages: 69
Prix: 8.90€
Dès 12 ans

Note: 4,5/5 Un presque coup de cœur...

Quatrième de couverture:

Indira, fille de bonne famille indienne, est envoyée en Angleterre pour y poursuivre ses études et y parfaire son éducation.
Elève studieuse mais révoltée par la misère de l'Inde, son pays, Indira se lie d'amitié avec un jeune britannique qui lui fait pénétrer
un cercle de jeunes activistes révolutionnaires. La jeune fille se retrouve confrontée à des choix : l'amour et la violence ou le renoncement et la paix.

Indira Gandhi est devenue Premier Ministre du gouvernement indien de 1966 à 1977 puis de 1980 à 1984.
 
Une collection vraiment intéressante...
 
Avant de vous parler d'Indira l'indépendante je souhaite tout d'abord mettre l'accent sur cette collection: Héros d'ailleurs. Des livres petits formats, textes courts, qui se glissent facilement dans la poche. Une bonne idée: présenter des héros hors de nos frontières. Les auteurs s'inspirent de personnages historiques et nous proposent un épisode imaginaire de leur jeunesse. Une collection qui met ces "héros" à notre portée en les humanisant davantage. Toutes les barrières géographiques ou autres tombent et les "héros" se dévoilent. Une collection à la fois originale, instructive et divertissante: bravo!
 
Parlons à présent d'Indira...
Si la couverture ne m'attire pas spécialement, le nom de l'auteure lui me met l'eau à la bouche. J'adore Ingrid Chabbert, son écriture est tendre, humaine, touchante parfois poétique jamais décevante.
J'ai été happé par l'histoire de cette jeune fille si... ordinaire de prime abord et qui pourtant, est prête à tout pour ses convictions... tout du moins c'est ce qu'elle pense.
Jeune fille de bonne famille, fille du Premier Ministre de l'Inde Indépendante, Indira doit se rendre en Angleterre afin de poursuivre ses études. Elle qui est révoltée par la condition de son pays va faire la connaissance d'Owen, un britannique, qui va l'introduire dans un cercle de jeunes activistes révolutionnaires. Elle devra alors faire le choix de faire passer ses convictions par la violence ou d'emprunter un chemin différent... Parviendra-t-elle  à faire le bon choix? Ou bien les évènements vont-ils la dépasser? Et si Indira avait en elle une force insoupçonnée?
J'ai aimé le contexte, le personnage, la façon dont sont présentées les choses. Peu de reproches à faire à ce roman si ce n'est que je l'ai trouvé un peu trop court et que j'aurais aimé en lire davantage. Que voulez-vous... quand j'aime je veux toujours en lire plus!
En tout cas, c'est un livre que je vous recommande sans hésitation! J'ai découvert un personnage que je ne connaissais pas et qui pourtant a eu une sacrée vie!
 
Je vous reparlerai très bientôt de deux autres titres de cette collection hors du commun! A suivre...
 

samedi 9 mars 2013

Les quatre géants de Zémanel illustré par Aline Bureau

SORTIE PRÉVUE POUR LE 13 MARS 2013

Éditeur : Flammarion
Collection: Père Castor
ISBN : 978-2-08-128530-9
Dimensions : 24,8 cm × 31,0 cm × 0,8 cm
Prix: 13.50€

Note: 4/5


Quatrième de couverture:

Là-bas, à l'horizon, marchent trois géants.
De leurs longues enjambées, ils rythment les saisons.
Été, automne, hiver;
Rien ne semble pouvoir perturber ces trois-là.
Pourtant, leurs regards sont inquiets:
sans le quatrième géant, leur marche s'arrête...
Les rejoindra-t-il à temps?
 
Un joli album pour présenter les saisons autrement...
Des couleurs chaudes, des illustrations assez épurées et voilà nos trois géants. Chacun porte un manteau différent et au cours de leur marche, il le dépose sur le monde.
 
 

Tour à tour, chacun des trois géants va répéter ce rituel et l'agrémenter de ce qui caractérise leur saison: rayons de soleil pour l'un, vent qui tourbillonne pour l'autre... Ainsi vont les saisons...
 

Mais les saisons, les géants, vont par 4 et, malheureusement, le printemps n'est pas là... Pourtant, le temps est en marche, il ne peut s'arrêter, le printemps arrivera-t-il à temps?

 
J'aime beaucoup cet album. Je le trouve assez efficace et j'aime cette façon de présenter les saisons, le temps qui passe (qui "marche"). Les symboles, les couleurs font que cet album est réussi. Une façon poétique, presque un petit conte, pour ce sujet incontournable.
L'objet est chaleureux, le texte assez joli. A découvrir...




vendredi 8 mars 2013

i minuscule de Marie-Christine Dauner illustré par Rebeka Elizegi

Date de parution : 07/02/13
Éditeur : Balivernes (Editions)
ISBN : 978-2-35067-081-2
Présentation : Relié
Nb. de pages : 32 pages
Prix: 13€

Note: 5/5 ÉNORME COUP DE COEUR!!!

Quatrième de couverture:

C’est l’histoire d’un i minuscule qui habite avec son père dans un vieux dictionnaire sur une étagère. A l’école des voyelles, son père lui dit de se méfier du y. « C’est un étranger, il n’est pas comme nous ». Mais le jour où petit i perdra son point dans la cour de l’école, les voyelles et signes de ponctuation l’aideront. Même y participera et ainsi i minuscule se fera un nouvel ami ! Jouant avec les lettres et les sons, avec les accents et autres signes de ponctuation, cette histoire donne vie à ces voyelles d’ici et d’ailleurs, d’hier et d’aujourd’hui pour le plus grand plaisir des enfants.
Les thèmes de la différence et de l’amitié sont abordés de manière originale tout en découvrant ces lettres avec ou sans chapeau.
 
 
Intelligent, surprenant... juste génial!!!
 
Ahhh les albums de Balivernes!!! Une maison d'édition qui sait être là où on ne l'attend pas, qui propose des titres décalés, détonants. J'adore!
i minuscule est un album qui a tout bon. Des illustrations épurées et modernes qui mélangent différentes techniques:
 

Mais surtout, qui se mettent au service du texte et quel texte!!!
Marie-Christine Dauner nous propose une histoire à la fois littéraire, originale et ingénieuse, qui parle autant aux enfants qu'aux adultes.
Le pauvre i minuscule perd un jour son point dans la cour de l'école, toutes les voyelles et les signes de ponctuations en bons camarades mettent tout en oeuvre pour l'aider à le retrouver. Même le y cet étranger dont on lui a dit de se méfier.
 
 
Jouant avec les mots, les expressions populaires, mais aussi avec la grammaire, l'auteure nous propose une très chouette histoire d'amitié et d'entre-aide où les différences deviennent des atouts.
Une histoire à la fois drôle et farfelue très plaisante à lire à haute voix. Très graphique aussi, mon grand de 5 ans a adoré, il s'amusait à reconnaître les lettres et la moustache du point d'interrogation l'a beaucoup fait rire.
Aussi ludique qu'instructif, un album complet comme je les aime. Le format est également très intéressant car assez grand.
A offrir, à découvrir, à aimer sans modération!!!



jeudi 7 mars 2013

Une démone chez les anges d'Anne Rossi

Parution: Février 2013
Editeur: Sortilèges
Collection Apprentis Sorciers
Roman junior 10 ans et +.
Nb. de pages: 176 pages
ISBN 979-10-91228-07-7
Prix: 11€

Note: 5/5


Quatrième de couverture:

Linah entre comme pensionnaire au collège Saint-Gabriel à Paris. Cet établissement un peu particulier, accueille des anges venus faire leurs études sur Terre. Or, Linah n'est pas une élève comme les autres : sa mère est une démone, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Entre une invasion de chimères, une accusation de vol et un accrochage avec un néphilim, la rentrée s'annonce mouvementée.

Ahhhhh j'adore!!!

Franchement à 10 ans j'aurais adoré avoir ce livre.
Une école avec des passages secrets, des anges pas aussi lisses qu'on pourrait le penser, des personnages avec de la profondeur, des failles, des sentiments complexes, de la magie... et une héroïne surprenante!
Un excellent cocktail pour un très bon livre et un super moment de lecture.
Linah est issue d'un amour entre un ange et une démone. Ses parents ayant été bannis de leurs mondes respectifs, vivent sur Terre. Linah a choisi d'étudier dans un collège d'Anges, St Gabriel, et bien entendu, sa venue ne passe pas inaperçue, sa différence non plus. Heureusement quelques élèves voient au délà de ses cheveux noirs et Linah tente de s'intégrer au mieux. Manque de chance, des chimères viennent tout bouleverser et Linah va se retrouver mêlée à une drôle d'affaire. Sans compter que ses ailes sont sur le point de sortir et que ça l'inquiète beaucoup: Linah rêve de magnifiques ailes blanches.... Son souhait sera-t-il exaucé? Parviendra-t-elle à se faire accepter? Qui libère des chimères dans le collèges et met les élèves en danger?
 
Suspense, action, sont au rendez-vous. Linah est touchante et pleine de ressources. Je me suis régalée, j'attends la suite avec impatience car c'est vraiment troooopppp bien!!!
Une bonne écriture, pas de scènes choquantes, un bon vocabulaire, une bonne idée! ENCORE! 



mercredi 6 mars 2013

Addict de Jeanne Ryan

Date de parution : 21/02/13
Éditeur : Robert Laffont
Collection : R
ISBN : 978-2-221-13410-8
Présentation : Broché
Nb. de pages : 346 pages
Prix: 16.90€

Note: 4/5

Quatrième de couverture:

Vee, dix-sept ans, est sous l’étroite surveillance de ses parents depuis qu’ils l’ont retrouvée quelques mois auparavant endormie au volant de la voiture familiale, dans le garage, moteur allumé. Elle a beau plaider l’accident et non la tentative de suicide, elle n’a pas le droit de sortir sauf pour jouer son rôle de maquilleuse-costumière dans la production théâtrale du lycée. Un soir, elle décide de relever l’un des défis proposés par « Adrénaline », jeu trash de télé réalité diffusé sur le Net qui promet des cadeaux somptueux contre des paris toujours plus pervers.
Mais voilà qu’elle est sélectionnée, à sa grande surprise. Pour se sentir enfin vivante, Vee va alors accepter des défis de plus en plus malsains… Jusqu’à quelle dose d’adrénaline pourra-t-elle survivre ?
 
 
Un roman diabolique et efficace...
 
Alors quand j'ai lu la présentation de l'éditeur, je me suis aussitôt dit:" Je ne peux pas passer à côté de ce livre!". Le sujet est vraiment excellent puisque terriblement d'actualité.
A l'heure où les jeunes sont connectés à longueur de temps: portables, tablettes, réseaux sociaux. Au moindre pet, ils le postent sur leur mur ou le twittent*. Il fallait un roman qui pose la question du: Jusqu'où est-on prêt à aller pour gagner des babioles? En gros: quel est votre degré de superficialité?
Car il est pour moi question de ça dans ce roman.
Vee est une lycéenne plutôt discrète, elle est la fille de l'ombre, costumière pour la pièce de théâtre, celle qui ne fait pas de vague, docile et obéissante. Vee, n'en demeure pas moins une jeune fille comme les autres qui poste tout sur son mur de ThisIsMe à la moindre occasion, dès qu'un vêtement lui plaît, dès qu'un garçon lui porte de l'intérêt... (donc = proie facile pour les publicitaires, je dis ça, je ne dis rien). Elle est un jour approchée virtuellement pour participer à un jeu en vogue: Addict. Un jeu où l'on peut gagner des lots incroyables comme une paire de chaussures dernier cri, un portable hors de prix, de l'argent etc. mais en contre-partie, vous devez accomplir des défis tous plus débiles dangereux les uns que les autres. Evidemment, toute raisonnable qu'elle soit, Vee va finir par se laisser tenter, lassée par cette image lisse qu'elle renvoie.
 
Comme le titre l'indique, c'est une lecture assez addictive puisqu'on a vraiment envie de savoir jusqu'où Vee va aller, si elle est prête à tout et n'importe quoi pour remporter des "cadeaux". C'est diabolique car honnêtement, avec les télé-réalité, le besoin de parler de soi des ados, de se mettre en avant, on se dit que cela pourrait être crédible (dans un futur plus ou moins proche), c'est efficace car le message passe bien et les ados y seront réceptifs car Vee est ordinaire et on peut facilement s'identifier à elle.
C'est un bon roman qui aurait pu être un coup de coeur sans ce prologue qui ne trouve pas de réponse à la fin (et qui au final est assez inutile pour moi) et aussi certains passages un peu "limites"à mon goût. Mais d'une façon global j'ai apprécié cette lecture... déroutante.
 
(*j'adore les néologismes...)

mardi 5 mars 2013

Platon, sa sœur et la Raie Torpille D'Hélène Soumet illustré par Camille Raveau

Date de parution : 21/02/13
Editeur : Belize (Editions)
Collection : Il était une fois...
ISBN : 978-2-917289-74-7
Nb. de pages : 30 pages
Prix: 9.40€

Note: 4/5


Quatrième de couverture:

Ve siècle avant J-C, à Athènes. Ariston veut que son fils Platon fasse de la politique et que sa fille Potoné se marie. Mais tout va de travers dans cette famille : le jeune Platon décide de suivre un vieil homme surnommé la "Raie torpille" et Potoné refuse le mariage, préférant avant tout aller à l'école... Ce récit très vivant raconte les péripéties d'une famille dont l'un des membres est devenu un illustre personnage.
 
"La collection Il était une fois, des histoire à lire, pour imaginer, apprendre...
et découvrir un personnage célèbre.
Pour les enfants qui posent des tas de questions!"
 
 
Quel plaisir cette collection!
Je suis toujours aussi fan pour ma part. Aujourd'hui nous découvrons l'histoire de Platon l'un des plus célèbres philosophes de l'antiquité.
J'ai trouvé très plaisant ce texte assez engagé! La sœur de Platon, Potoné, refuse de n'être qu'une ravissante idiote destinée à épouser un homme choisi par son père. Depuis son plus jeune âge, elle est curieuse du monde qui l'entoure et avide d'apprentissages. Platon, touché par le comportement de sa petite sœur, décide de lui apprendre à lire et partage avec elle les leçons qu'il reçoit. Toutefois, Potoné lui pose de nombreuses questions auxquelles il ne sait quoi répondre.
 
 
Elle encourage Platon à poser de  "vraies" questions à son maître. Et ce dernier tente d'obtenir des réponses afin de la satisfaire.
 
 
Mais Potoné trouve les réponses trop convenues, pour elle tout ne vient pas des Dieux: "Quand vous ne savez pas, vous dites que cela vient des dieux! C'est bien la peine d'aller à l'école."
Elle encourage donc son frère à chercher la vérité ailleurs.
Leur père n'entend pas les choses ainsi, Platon doit faire de la politique et Potoné se marier et cesser tout apprentissage!
 
 
Mais Potoné est tenace. Elle refuse son destin, ne veut pas être esclave d'un mariage qu'elle n'a pas choisi. Quant à Platon, il va faire une rencontre qui va bouleverser sa vie, un certain Socrate, surnommé la Raie torpille...
Potoné pourra-t-elle changer son avenir, échapper à un mariage arrangé? Qu'adviendra-t-il de Platon?
 
Je me suis régalée avec ce livre comme avec les autres titres de la collection. Moderne et isntructif, Platon, sa sœur et la Rais torpille tient ses promesses.
Les illustrations sont très sympas également: un rendu "antique" au niveau des couleurs et une vraie modernité dans le trait et les personnages. Très bon!
 
Mon seul bémol, j'aurais aimé que soit abordé le mythe de l'androgyne en document annexe ou dans le texte car c'est un élément important selon moi (cf. Le banquet est un texte très étudié au lycée).

lundi 4 mars 2013

3 ans...


Bon anniversaire Parfums de Livres ^^
 
Et oui, déjà 3 ans que Parfums de Livres a ouvert ses portes.
3 ans d'échanges, de partages, de découvertes livresques...
Je suis très fière de ce blog qui est pour moi une sorte de journal intime de lectures où je peux librement m'exprimer sur ma passion!
3 ans que je découvre un autre monde, une autre façon de communiquer, de transmettre.
3 ans d'émotions toutes plus fortes les unes que les autres.
Que le temps passe vite!
Cet anniversaire c'est aussi le vôtre puisque vous êtes de plus en plus nombreux à me suivre, à me faire confiance.
Cette nouvelle année s'annonce encore plus intense avec de nouveaux partenariats, des surprises...
A suivre...
 


Le cheval et l'ombre d'Aurélie Wellenstein

Parution: Février 2013
Éditeur: Sortilèges
Collection Apprentis Sorciers
Nb. de pages: 168 pages
ISBN 979-10-91228-06-0
Prix: 11€

Note: 3.5/5


Quatrième de couverture:

Tallia n'en croit pas ses yeux : à deux pas de son village, elle rencontre Tenebrae, un cheval fantôme ! Malheureusement, elle n'a pas le temps de s'en émerveiller. Le cheval est blessé et des Ombres de loups sont à sa poursuite. Prise en chasse à son tour, elle n'a d'autre choix que de plonger avec sa nouvelle monture vers le royaume magique d'Equinox où tous les hommes ont été changés en animaux. Elle découvre alors que les Ombres ont envahi le royaume. Et si Tallia était la seule à pouvoir briser la malédiction d'Equinox ?
 
Une lecture sympathique...
 
Je ne suis, à la base, pas spécialement attirée par les histoires avec des chevaux (c'est comme ça, on ne peut pas tout aimé malheureusement) et pourtant, j'ai passé un agréable moment de lecture avec Le cheval et l'ombre.
J'ai trouvé original cette histoire de fanval (cheval fantôme), de monde parallèle et de malédiction. Le méchant est repoussant à souhait et Tallia, le personnage principal va devoir s'accrocher et redoubler de courage pour aider ses amis. Seulement, sera-t-elle assez forte pour sauver Equinox? Tallia la pure, la gentille aura-t-elle en elle assez de colère pour aller jusqu'au bout de ce qu'on attend d'elle? A quels dangers devra-t-elle faire face?
 
L'intérêt de ce livre réside assurément dans le caractère bien trempé de Tallia. Une demoiselle au tempérament de feu qui n'hésite pas à suivre jusqu'au bout ses convictions. Elle aime les animaux et ferait tout pour les sauver. Aussi, lorsqu'elle aperçoit ce magnifique et énigmatique cheval en difficulté, elle n'hésite pas une seconde à faire taire ses peurs et à se jeter au devant d'une surprenante et terrifiante aventure. Et tant pis pour les conséquences, Tallia aidera ses amis jusqu'au bout...
C'est un livre bien écrit. Ce qui fait que je n'ai pas eu le coup de cœur est que j'ai trouvé quelques petites longueurs et le personnage de Molmorg (le méchant) dérangeant (disons que c'est son aspect physique qui me met mal à l'aise plus qu'autre chose).
Reste que les lecteurs dès 11 ans* (pas trop sensibles et bons lecteurs) devraient se régaler car le récit tient en haleine jusqu'au bout.
C'est une collection vraiment intéressante qui rénouvelle ce que l'on trouve en librairie. Un nouveau souffle que les enfants comme les parents apprécieront.
 
*Note aux parents: Les éditions Sortilèges font très attention au contenu de leurs livres, il n'y a donc pas d'horreur ou de scènes glauques dans leurs romans. Je vous recommande cependant de bien faire attention à l'âge indiqué. Car même si l'enfant a un très bon niveau de lecture, il n'a pas forcément la maturité de tous les contenus... [un problème récurent constaté en librairie! D'où cette petite note^^].

vendredi 1 mars 2013

Rouge Tagada de Charlotte Bousquet illustré par Stéphanie Rubini

Date de parution : 17/01/13
Éditeur : Gulf Stream
ISBN : 978-2-35488-184-9
Nb. de pages : 64 pages
Prix: 15€

Note: 4.5/5

Quatrième de couverture:

Elle était dans ma classe. Quatrième D. D comme déconné, délire, débile, dévergondé, début, douleur, douceur aussi. Il y avait tout ça, chez nous. Des pimbêches qui riaient trop fort, des timides, des bébés sages, des filles toutes fières de se comporter en femmes et des garçons qui ne savaient plus comment fonctionnaient leurs mains ni leurs pieds. Il y avait 3 aussi les Jade et les Benjamin, les bons copains toujours là en cas de coup de blues à la récré, toujours prêts à refaire le monde et jouer aux cancres au lieu d'aller en perm.
Mais il n'y avait qu'une Layla.


Une couverture gourmande, une lecture aussi surprenante qu'une fraise tagada: un léger croquant et un coeur moelleux et délicieusement sucré. Charlotte Bousquet, que je connaissais plus comme auteure de fantasy (souvenez-vous de mon gros coup de cœur pour La peau des rêves tome 1 et 2) propose un texte à la fois subtil et intelligent sur les premiers émois homosexuels d'Alex une jeune collégienne.
Alex est tout de suite troublée par Layla:
 
"Un regard chocolat, des fossettes sur les joues, un parfum de pain d'épice [...]"
 
Elle l'attire comme un aimant sans pour autant qu'Alex ne pose de mots sur son trouble. Elle se contente de savourer chaque minute passées avec celle qui est sa meilleure amie, sa confidente, sa moitié. Celle avec qui Alex oublie le reste du monde, celle à qui Alex pense à longueur de temps.
 
 
Alex, cela pourrait être le diminutif d'un prénom de garçon, mais non Alex est une fille et elle aime Layla. Elle écrit son amour dans son journal et rêve d'une vie à deux, d'un amour partagé. Pour autant, elle ne dit rien à la principale concernée. Et quand Layla un jour lui parle d'un garçon "au nom de caleçon", c'est la douche froide:
 
 
Mais comment faire comprendre à Layla qu'elle se trompe? Comment avouer des sentiments confus? Comment ne pas l'effrayer?
Alex va-t-elle réussir à se déclarer à Layla? Quelle sera la réaction de Layla à la découverte des sentiments de sa meilleure amie?
Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas spoiler car vous allez voir que tout n'est pas simple et que rien n'est gagné dans ce livre.
 
C'est un livre attachant entre le roman et la BD, un roman graphique que j'ai beaucoup aimé. Les illustrations sont pétillantes, plutôt modernes, elles sont vraiment cohérentes avec le texte. Le thème de l'homosexualité y est abordé avec beaucoup d'intelligence et de simplicité. A l'adolescence où le monde nous appartient et nous effraie tout en même temps, rien n'est impossible? Et s'il sufisait d'un bonbon pour tout changer? Je croise vraiment pour qu'il y ait une suite car... non, vraiment il faut une suite^^